Salaires chez Michelin – Blanzy, une provocation

Le Journal de Saône-et-Loire, 13 février 2015 :

La CGT Michelin de Blanzy dénonce une augmentation générale des salaires de 7,70 € net par mois en 2015, tandis que 464 millions d’euros ont été versés aux actionnaires en 2014.

Plus 7,70 € net par mois. Pour les salariés CGT Michelin Blanzy, l’augmentation générale des salaires 2015 pour les agents de production est « une véritable provocation ». Initialement de 0.3 %, la revalorisation a été négociée en décembre par les organisations syndicales CFDT et CFE-CGC, au siège du groupe, pour atteindre 0.6 %. « Quels syndicats, porteurs des voix des salariés, peuvent signer pour une augmentation de 7,70 € net par mois ? », questionnent les cégétistes.

Jeudi matin, le syndicat a ainsi procédé à une prise de parole sur le temps de pause de 70 agents du site. « Nous informons les agents sur la politique salariale d’un groupe qui se porte bien, mais qui préfère rémunérer ses actionnaires plutôt que les ouvriers », a exprimé Nicolas Duch, délégué syndical CGT, ce jeudi en fin de matinée.

« Alors que l’entreprise réalise un bénéfice net de 1 031 millions d’€ en 2014, elle verse 464 millions d’€ aux actionnaires la même année. Même si les bénéfices sont moins importants -1 127 millions d’€ en 2013-, la part aux actionnaires est-elle toujours en hausse. Pour mémoire, elle était de 147 millions d’€ en 2010 », dénonce-t-il.464 millions versés aux actionnaires en 2014.

Primes individuelles et collectives

Le syndicat dénonce les parts variables de la rémunération des salariés en fonction de la productivité, de la cadence et de leur présence. Un mode de rémunération qui, selon eux, accentue les risques psychosociaux au sein de l’entreprise. « Ces primes qui peuvent atteindre 600 € brut sur trois mois ne prennent pas en compte l’âge du salarié », évoque un syndicaliste. Une part « aléatoire » qui porte de plus atteinte au droit de grève : « la prime est annulée pour chaque absence, relatent-ils. Elle sera par exemple supprimée pour quelqu’un nommé juré d’assise et devant se rendre au tribunal ». La CGT prévoit d’autres prises de paroles, de manière à informer le plus grand nombre de salariés.

Jean-Pierre Guiffray, élu Sud au comité d’entreprise, qui a engagé une action de grève en décembre durant les négociations annuelles obligatoires, dénonce lui aussi cette augmentation et « les conditions toujours plus difficiles pour décrocher les primes ».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s