Onet : Deux élus CGT menacés de licenciement

L’Est Républicain, 12 février 2015 :

CONVOQUES À UN entretien « en vue d’une sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’à un licenciement », Ahmed Feddaoui, élu CGT du comité d’établissement, et délégué du personnel, ainsi que Nadine Gimeno, élue CGT au comité d’établissement et déléguée du personnel, ont été reçus hier matin par la direction à l’agence Onet Services d’Audincourt.

Il leur est reproché – selon la CGT -de n’avoir pas porté de gilet jaune dans les ateliers d’Alstom Transport le 22 janvier dernier alors que les deux salariés et élus effectuaient des opérations de nettoyage dans les locaux industriels.

Assistés de Monique Lallemand, déléguée syndicale CGT, Ahmed Feddaoui et Nadine Gimeno ont tour à tour été entendus tandis qu’une quarantaine de responsables et élus de l’organisation syndicale manifestait devant les locaux d’Onet Services.

C’est à l’appel de l’Union départementale CGT du Territoire de Belfort que la manifestation s’est déroulée en présence d’élus CGT d’Alstom, de PSA Peugeot Citroën, Faurecia et d’autres entreprises de l’Aire urbaine.

Secrétaire départementale de l’UD CGT 90, Sabine Verdant a évoqué sans équivoque les raisons de ce rassemblement. « Nous sommes ici pour soutenir deux camarades, deux élus CGT, Nadine et Ahmed, convoqués à un entretien préalable au licenciement. Nous ne savons pas ce qu’il leur est reproché. Par contre, nous savons que pour la première fois, il y a 10 jours, Nadine et Ahmed ont appelé les salariés d’Onet Services à faire grève pour leurs conditions de travail, leurs salaires, mais surtout pour demander la fin de la précarité, la fin des sanctions disciplinaires, et des licenciements abusifs. Voilà le véritable motif ! ».

Selon la direction d’Onet Services (l’enseigne est présente à Audincourt, Belfort, Vesoul et Mulhouse avec près de 300 salariés), « Il n’est pas pour l’heure question de licenciements, mais plutôt d’un rappel à l’ordre concernant les consignes de sécurité au sein d’un établissement industriel, où le port de l’équipement de sécurité est obligatoire ».

Une décision devrait être rendue dans les prochains jours – selon la direction, qui tient, semble-t-il, à dédramatiser cette affaire.

Sur le site d’Onet (acronyme d’office nouveau de nettoyage), qui affiche un chiffre d’affaires de 1,4 milliard d’euros en 2013, le groupe affirme exercer « une ingénierie sociale propre considérant l’humain comme la clé de la réussite ».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s