Débordé et impuissant, le 115 du 93 engage une grève historique

Le Figaro, 12 février 2015 :

Le centre d’appels pour l’hébergement d’urgence des sans-abri de la Seine-Saint-Denis connaît le premier mouvement social de son histoire ce jeudi. Le Samu social veut ainsi alerter sur le manque de moyens.

Au cœur de l’hiver, le 115 du 93 a décidé de se mettre en grève ce jeudi toute la journée jusqu’à 17 heures. Une action coup de poing qui vise à alerter les pouvoirs publics sur sa situation alarmante. Les 15 membres du centre d’appels de la Seine-Saint-Denis, ouvert sept jours sur sept et 24 heures sur 24, reçoivent en effet plus de 16.000 appels en moyenne par jour et ne peuvent en satisfaire moins de 500 au quotidien.

En début de mois, le personnel du 115 a décidé de publier les données d’une journée classique en plein hiver. Ainsi, le lundi 2 février le 115 a reçu près de 19.000 appels émanant de 760 numéros différents. Sur ce nombre, seulement 485 appels ont pu être honorés avec un temps d’attente moyen de 34 minutes et certains ont dû patienter 2 heures. Ce jour là, 6756 personnes avec leurs familles étaient hébergées à l’hôtel et 41 personnes dont 15 enfants et 1 femme enceinte n’ont pas pu bénéficier de solution, en l’absence de place disponible.

De fait, les 6500 places d’hébergement en urgence dans les hôtels du département financés par l’État ne suffisent plus à honorer les demandes, en particulier celles des familles qui sont de plus en plus nombreuses à se tourner vers cette solution d’hébergement d’urgence.

3,5 millions de personnes sont mal-logées ou sans-abri en France

Parallèlement et toujours dans l’optique d’alerter l’opinion sur la dégradation du service du Samu Social et le nombre de plus en plus importants de personnes sans logement, un collectif de 34 associations dont la Fondation Abbé Pierre organise la «nuit solidaire pour le logement». Les associations appellent l’État à réagir et demandent «une politique du logement des personnes sans abri et mal logées».

Ces associations ne sont pas les seules à dresser des constats alarmants sur la situation de mal logement en France et les besoins de la population. En 2012, c’est pas moins de 141.500 personnes qui étaient sans domicile en France métropolitaine, soit une progression de 44% en onze ans, selon le rapport 2013 de la Fondation Abbé-Pierre. L’association estime que 3,5 millions de personnes sont mal-logées ou sans-abri en France. Face à la hausse du nombre de personnes en situation précaire, la Fondation souligne que le numéro d’urgence 115 est saturé. En décembre 2013, 43% des sans-domicile-fixe qui ont composé ce numéro n’ont pas obtenu de place à Paris, 61 % en province.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s