Archives quotidiennes : 09/02/2015

Fleury Michon : Appel à la grève mardi dans les six sites de Vendée

Ouest France, 9 février 2015 :

La direction de Fleury Michon veut geler les salaires en 2015. La CGT juge la proposition d’accord inacceptable. Un préavis de grève est déposé pour demain midi.

« On sort de deux réunions concernant la négociation annuelle obligatoire. La direction de Fleury Michon propose 0 % d’augmentation. On n’a jamais vu ça, dénonce Franck Crépeau, délégué CGT. Seul un coup de pouce de 120 € serait apporté à l’intéressement. On nous promet 15 embauches. » Pour le syndicat, le gel des salaires pour l’année 2015 est inacceptable. Il appelle les 2 900 salariés des six usines vendéennes (Pouzauges, Chantonnay et Mouilleron-en-Pareds) à débrayer mardi 10 février, à partir de midi.

Lire la suite

Grève à l’aéroport de Hambourg

7 sur 7, 9 février 2015 :

Une grève du personnel de sécurité engendrait lundi matin d’importantes perturbations à l’aéroport de Hambourg, le temps d’attente aux contrôles se montant à plus de quatre heures, indique l’aéroport sur Twitter. Les voyageurs sont invités à ne pas se rendre à l’aéroport mais plutôt à prendre contact avec leur compagnie aérienne.

La situation, qualifiée de « catastrophique » par un porte-parole de l’aéroport, est telle que la police a fermé l’accès au site.

Lire la suite

Soutien à la lutte organisée des ouvriers de l’industrie en Irak !

Communiqué du Parti Communiste-Ouvrier d’Irak, 2 février 2015 :

Les travailleurs du secteur industriel à Bagdad, Kut, Hilla et de nombreuses autres villes d’Irak se sont engagés dans une des luttes les plus unies et les plus organisées de l’histoire contemporaine de la lutte des classes en Irak pour défendre leur niveau de vie et leurs emplois. Ils font face, avec héroïsme et enthousiasme, à ceux qui s’attaquent à leur niveau de vie en tentant d’implanter des mesures d’austérité pour résoudre la crise financière. Par des protestations de masse, les travailleurs se sont engagés dans une véritable confrontation avec ceux qui dirigent l’Irak. Les ouvriers ont publiquement déclaré que ceux qui dirigent ne peuvent s’attendre à conserver le pouvoir en attaquant les conditions de vie des travailleurs, des ouvriers et des masses appauvries en Irak et alors que leur programme bourgeois extrémiste et néo-libéral devient chaque jour plus clair.

De nombreux ouvriers de différentes compagnies et usines du secteur industriel se sont organisés et entrent dans cette guerre de classe. Ils luttent avec détermination pour la défaite du gouvernement et des partis bourgeois islamistes et nationalistes et des autres groupes qui veulent utiliser la crise financière en Irak et la guerre contre Daesh pour faire passer leurs politiques bourgeoises néo-libérales. Ces politiques ont pour but de licencier les travailleurs, de faire baisser leurs salaires, de mettre fin aux aides financières, de privatiser l’économie et d’ouvrir la porte au pillage pur et simple des biens publics.

Lire la suite

Grève des travailleuses de DFL à Saint-Pierre

Zinfo 974, 8 février 2015 :

« Macrelle », « jument »…Ces insultes, les salariées du « marché 24h/24 » de Saint-Pierre ne peuvent plus les supporter. Depuis hier matin, 9 des 12 employées de la DFL (Dijoux Fruits et Légumes), située près du centre commercial Grand Large, sont en grève illimitée.

« Même chez nous, nous ne sommes pas traitées et humiliées de cette façon ! témoigne l’une des grévistes. M. Dijoux (leur employeur) nous prend pour ses esclaves… Il reste assis dans son fauteuil toute la journée, nous demande de faire son café, de ramasser des choses qu’il jette lui-même par terre ».

Lire la suite

Le 115 de Seine-Saint-Denis en grève jeudi

Le Parisien, 9 février 2015 :

C’est une grève historique. Pour la première fois les travailleurs sociaux du numéro d’urgence 115 qui répondent aux appels des sans-abri en Seine-Saint-Denis seront en grève jeudi, dans le cadre de la « Nuit solidaire pour le logement » qui donnera lieu à un rassemblement place de la République (Xe).

Démoralisés, ils dénoncent le manque de moyens et de chambres face à l’ampleur des demandes. Par exemple, le 2 février, le standard a reçu… 18 933 appels émanant de 760 numéros différents. La petite équipe n’a réussi qu’à prendre 485 appels. Pour ne pas pénaliser les sans-abri, la grève s’achèvera à 17 heures, au moment le plus critique. Objectif du mouvement : « Obtenir plus de moyens, pour pouvoir enfin répondre aux gens qui appellent que nous pouvons leur offrir un toit, pour un jour, deux jours, une semaine… » explique Philippe Martel, président de l’association Interlogement 93 qui gère le 115.

Grève dans la fonction publique au Gabon

Gabonactu.com, 9 février 2015 :

Les travailleurs des administrations publiques regroupés au sein de la « Dynamique Unitaire », une coalition d’environ une cinquantaine de syndicats ont au terme d’une assemblée générale tenue samedi à Libreville déclenché une grève générale illimitée à partir de ce lundi, a constaté un reporter de Gabonactu.com.

« Toute l’administration publique fait ici et maintenant de façon solennelle la déclaration officielle d’entrer en grève générale illimitée de tous les agents publics dès ce lundi 9 février 2015 », a martelé Pulchérie Mateya, porte-parole du mouvement syndicale. Au ‘’Rond-point de la démocratie’’ où s’est tenue cette assemblée générale, les travailleurs ont voté à mains levées d’entrer en grève suite à l’expiration du préavis de 8 jours déposé sur la table du 1er ministre Daniel Ona Ondo le 26 janvier 2015. Les travailleurs du public considèrent la sourde d’oreille du gouvernement comme un mépris à leur égard.

Lire la suite

Association familiale de Saint-Pierre : les « taties » en grève

IP Réunion, 9 février 2015 :

Depuis ce lundi matin 9 février 2015, une grande partie du personnel de l’association familiale de Saint-Pierre, qui gère plusieurs crèches sur la commune, est en grève. Les « taties » dénoncent la perte de certains « acquis » sociaux et de mauvaises conditions de travail.

Selon Marie, salariée travaillant au sein de l’une des crèches gérées par l’association familiale de Saint-Pierre, « les difficultés ont commencé il y a un an et demi ». « Au fil du temps, on s’est aperçu que tous nos acquis ont été enlevés », ajoute-t-elle.

Lire la suite