Débrayage à l’usine Michelin pour réclamer hausse des salaires et fin des contrats précaires

Le Berry, Mercredi 4 février 2015

Une hausse des salaires et la fin des contrats précaires, c’est ce que réclament les salariés de l’usine Michelin de Saint-Doulchard. Une cinquantaine ont débrayé mercredi 4 février, de 9 à 10 heures pour appuyer leurs revendications.

« On demande 350 euros net par mois d’augmentation, explique Éric Bellet, secrétaire CGT (le mouvement est à l’appel de l’intersyndicale composée de la CGT, Sud, FO et la CFTC). C’est pour compenser ce qu’on a perdu depuis des années. » Les salariés réunis mercredi devant l’usine dénoncent une participation et un intéressement en baisse et de trop faibles hausses des salaires. « La production augmente de 10 à 20 % chaque année, mais pour les salariés…
Les salariés se sont réunis à l'entrée de l'usine mercredi matin. - Rémi Cazamea
L’autre revendication concerne l’emploi. « Il y a quatre-vingt-dix CDD ou intérimaires qui travaillent tous les jours. Michelin touche pour ces contrats des aides à l’embauche, pour la formation. Ce sont vos impôts qui servent à financer ces embauches ! »

« On a décidé de reconduire le mouvement chaque jour, précise Éric Bellet. Et si il faut, on augmentera. » Trois débrayages d’une heure sont prévus chaque jour, un pour chaque équipe, à 9 heures, 17 h 30 et 1 h 30.
Une rencontre avec la direction a eu lieu dans la foulée du débrayage de mercredi, à 10 heures. « On a réaffirmé nos efforts sur les salaires, avec 2,1 % d’augmentation en moyenne pour les ouvriers en 2015, largement au-dessus de l’inflation, explique Guillaume Bouquant, directeur du site. Et on va certainement avoir une quarantaine de CDI en plus en 2015. Passer l’intégralité en CDI, ce n’est pas faisable. »
Le discours n’a pas convaincu : le mouvement a été reconduit pour jeudi 5 février.
Une journée d’action est prévue sur le site berrichon et trois autres (Le Puy-en-Velay, Vannes et Montceau-les-Mines), avec les mêmes revendications, le jeudi 12 février.
Publicités

Une réponse à “Débrayage à l’usine Michelin pour réclamer hausse des salaires et fin des contrats précaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s