Archives quotidiennes : 28/01/2015

Dijon : manifestation de soutien à un militant dénoncé pour une aide au séjour irrégulier

Le Bien Public, 27 janvier 2015 :

Une cinquantaine de membres d’un collectifs regroupant vingt-neuf associations se sont rassemblés ce mardi matin devant la cité judiciaire de Dijon pour soutenir un militant accusé « d’aide au séjour irrégulier » après avoir fourni des attestations d’hébergement à des demandeurs d’asile, dont un enfant et un adulte atteints de pathologies graves et qui avaient besoin de recevoir des soins. Une accusation qui n’a pas fait l’objet de poursuite, mais d’un rappel à loi devant le délégué du procureur.

Interrogé, le militant explique une nouvelle fois la situation kafkaïenne à laquelle doivent faire face les demandeurs d’asiles : « Quand ils déposent une demande de régularisation, les demandeurs d’asile et migrants doivent prouver le département où ils résident. Il leur faut pour cela une attestation d’hébergement, ce qui est difficile voire impossible à fournir quand l’État ne remplit pas ses obligations d’hébergement et que ces personnes se retrouvent à la rue. La situation a évolué favorablement depuis que le 115 est justement reconnu comme hébergement, mais cela ne règle pas tous les problèmes. La rue ou les squats ne sont pas des domiciles. »

Lire la suite

Publicités

Grève des routiers : une nouvelle vague d’actions

Le Nouvel Observateur, 28 janvier 2015 :

Blocages de zones pétrolières, de sites industriels et logistiques : la reprise du dialogue jeudi avec le patronat n’y change rien, la CFDT Transport, majoritaire dans la profession, multiplie les actions mercredi 28 janvier.

Le syndicat avait annoncé la couleur vendredi dernier, prévenant qu’il ciblerait des « grands groupes de transport », dont les propriétaires sont adhérents des fédérations patronales (FNTR, TLF et UNOSTRA).

Lire la suite

Bourg-en-Bresse : grève à Renault Trucks

Le Progrès, 28 janvier 2015 :

Quelque 300 salariés de Renault Trucks ont cessé le travail durant deux heures, ce mardi après-midi sur le site de Bourg. Une grève lancée par l’intersyndicale CFDT, CGT, FO, Sud à la suite d’une assemblée générale.

Au cœur du conflit, les négociations annuelles obligatoires (NAO). « La direction a proposé 0,9 % de hausse générale des salaires. Soit 15 € d’augmentation brute pour un ouvrier », note l’intersyndicale qui juge le geste très insuffisant. Entre chômage partiel et suppression de primes, la perte pourrait aller jusqu’à 340 € sur la fiche de paye de février ! « Pour un salaire de 1 600 €, c’est énorme », constate un ouvrier. Ce jeudi, une nouvelle assemblée générale décidera de la suite à donner au mouvement.