Kosovo : les mineurs de Trepça remettent en cause les privatisations

Le Courrier des Balkans, 27 janvier 2015 :

L’immense combinat minier de Trepça demeure toujours le « coeur » du Kosovo, même si Albanais et Serbes qui travaillaient ensemble autrefois, sont désormais séparés. En 1989, la grève des mineurs fit trembler toute la Yougoslavie, celle de 2015 rebattra-t-elle les cartes ? Les mineurs exigent une renationalisation du combinat, qui doit appartenir au Kosovo.

Agim Ferizi, 58 ans, sort de la mine sans un regard pour le panneau qui surplombe l’entrée, sur lequel chaque mineur jette les yeux avant de plonger dans les profondeurs de la terre, et qui proclame : « Me fat », « Bonne chance ». « La chance, oui, on en a bien besoin. Dans la mine, le danger est partout ».

Agim a commencé à travailler en 1981. En 2007, il reçu la médaille du « meilleur mineur de Trepça ». Après avoir chargé cinq berlines de minerais, il rentre chez lui, en ville, à Mitrovica. « Hier soir, après la grève. j’étais très fatigué. J’avais mal à la tête et j’arrivais à peine à parler, mais aujourd’hui j’ai repris le travail, comme d’habitude ». Vendredi, tout était revenu à la normale à la mine de Stan Tërg/ Stari Trg, au nord de Mitrovica, le plus grand puits en exploitation du combinat de Trepça. Après trois jours de grève, les mineurs ont repris le chemin des galeries souterraines. La mine, qui faisait la une de l’actualité au Kosovo depuis lundi, début de la grève, avait retrouvé le calme d’un coin perdu, oublié dans le nord du Kosovo. Même s’il ne s’agit sûrement que d’un calme provisoire.

« La grève n’est pas terminée, elle est seulement suspendue pour un mois », explique Musa Mustafa, porte-parole du syndicat du Combinat. « Les mineurs ont remis au Premier ministre Isa Mustafa une requête, simple et claire : Trepça doit appartenir au Kosovo, au peuple du Kosovo et son actionnaire doit être le gouvernement du Kosovo ». Ce gouvernement, poursuit le syndicaliste, devra rendre compte chaque mois de l’évolution de la question – « mais pas au-delà de cinq mois, sinon la situation pourrait dégénérer ».

2 réponses à “Kosovo : les mineurs de Trepça remettent en cause les privatisations

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s