Dammartin-en-Goële : des salariés lésés après leur évacuation lors de l’assaut

francetvinfo.fr, leparisien.fr 20/01/2015

Une vingtaine d’employés d’Aldi se sont vu retirer les heures de travail non effectuées du fait de leur évacuation à la suite de la neutralisation des frères Kouachi.

Dammartin-en-Goële, le 9 janvier. Le dispositif de sécurité a empêché certains employés d’Aldi de rejoindre leur poste de travail et obligé d’autres à partir avant la fin de leur journée. Aucune retenue sur salaire ne sera effectuée, mais ils devront rattraper le temps de travail. (LP/V.R.)

Dammartin-en-Goële, le 9 janvier. Le dispositif de sécurité a empêché certains employés d’Aldi de rejoindre leur poste de travail et obligé d’autres à partir avant la fin de leur journée. Aucune retenue sur salaire ne sera effectuée, mais ils devront rattraper le temps de travail. (LP/V.R.)

L’entreprise dément toutes les accusations qui pèsent sur elle. Une quinzaine de salariés de la société Aldi à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) avaient affirmé, par la voix d’un syndicat, qu’ils devaient rattraper des heures de travail qu’ils n’avaient pu effectuer, vendredi 9 janvier, en raison de l’assaut préparé puis donné contre les frères Kouachi, retranchés ce jour-là dans un entrepôt à proximité. La direction d’Aldi apporte des précisions, mardi 20 janvier.

« La direction ne confirme absolument pas ces informations qui sont erronées, indique un communiqué. Aucune perte de salaire n’affectera les salariés, aucune heure ne sera à récupérer, que les salariés aient été présents ou non le 9 janvier. Cette position a été reprécisée aux salariés le 19 janvier 2015. »

Bloqués sur le chemin du travail

Confinés dans leur entreprise depuis le début de la journée, les salariés avaient été évacués par les forces de l’ordre vers 16h20, une demi-heure avant l’assaut donné contre les deux auteurs de l’attentat meurtrier perpétré à Charlie Hebdo. Ils n’avaient donc pas pu effectuer complètement leurs sept heures de travail quotidiennes.

Résultat, selon Le Parisien, qui citait une déléguée du personnel  CFTC : les heures non travaillées leur auraient été décomptées par la direction. Selon les dernières déclarations de cette dernière, qui avait d’abord confirmé cette information au Parisien, il n’en sera rien. Par ailleurs, ceux qui n’ont pas pu accéder à l’entreprise le matin du fait des barrages routiers ne perdront pas non plus leur journée.

Publicités

2 réponses à “Dammartin-en-Goële : des salariés lésés après leur évacuation lors de l’assaut

  1. A reblogué ceci sur Gregonews.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s