Sambre et Meuse : le blocage est maintenu en attendant les salaires

La voix du Nord.fr, le 14/01/2015

Les salariés de Sambre et Meuse, à Feignies, qui bloquent depuis ce mercredi matin leur usine, attendent désormais le virement des salaires dont le virement doit être effectué ce soir selon la direction. Par ailleurs, un repreneur serait sur les rangs après le départ annoncé des Russes.

Salaires payés en retard, activité réduite et désorganisée, important chômage partiel, manque de visibilité, cession de l’usine en vue, probable plan de sauvegarde de l’emploi, autrement dit suppressions de postes : l’usine de fabrication de matériel ferroviaire Sambre et Meuse de Feignies est à nouveau dans le rouge.

Depuis 8 h 30 ce mercredi, les salariés bloquent l’établissement, un feu ayant été allumé à l’entrée de l’usine, qui compte 273 salariés, comme cela avait déjà été le cas au mois de novembre.

Vers 15 h, ce mercredi, les grévistes attendent de pied ferme la visite du député socialiste Rémi Pauvros. président de l’Agglo Maubeuge val de Sambre et maire de Jeumont, Benjamin Saint-Huile, ainsi que le maire de Maubeuge, Arnaud Decagny, sont également attendus sur place.

L’un des délégués syndicaux est actuellement reçu en sous-préfecture pour réclamer du représentant de l’État dans l’arrondissement qu’il fasse pression sur les municipalités pour que soient débloquées des aides d’urgence envers les employés de Sambre et Meuse dont les salaires n’ont toujours pas été versés.

Des situations personnelles critiques

En cause, une fois de plus, le non versement des salaires, toujours pas arrivés sur les comptes. Il faut dire que la situation des ouvriers, pour beaucoup confrontés à de dures conditions de travail est à l’image de celle que connaît l’usine : critique. À la question posée à la cantonade « qui est à découvert ici ? », tous lèvent la main comme un seul homme. Samir dégaine son portable et nous montre l’état de son compte consulté via internet : moins 444 € et quelques au 13 janvier. « Et l’échéance pour la voiture que j’ai acheté pour venir travailler n’est pas encore passée », dit-il.

Un autre a un découvert autorisé de 400 €. « J’en suis à 550 », laisse-t-il tomber dans une grande lassitude. Laurent vit une situation peu enviable : cet homme de 41 ans, père de sept enfants âgés de quatre à seize ans avec une épouse femme au foyer, est à découvert de 1 200 €, soit à-peu près le montant de son salaire. C’est-à-dire que même si l’argent est versé aujourd’hui, il sera englouti illico. Laurent habite Trélon, à l’autre bout de l’arrondissement. Il effectue chaque jour 90 kilomètres aller-retour, pour rien…

Des salariés en rage

On pourrait étendre les exemples à l’ensemble des salariés. Il suffit de scruter leur attitude pour prendre la mesure de leur désarroi, traduit par une absence dans le regard pour certains, par une vraie rage exprimée pour beaucoup. Sortis très en colère d’une réunion avec la maire de Feignies, Chantal Lépinoy, au local du comité d’entreprise, des salariés explosent dans les couloirs des bâtiments de direction : « On est tous à découvert, on a faim… Et on nous dit de ne pas bousculer les Russes car ils risquent de partir. Mais ils sont déjà partis… On est des Charlots, on est des clochards, on est rien… Ça va dégénérer… » Des propos qui n’ont rien de bravaches : l’idée d’un retranchement dans le bâtiment avec du personnel de direction est lancée, un ouvrier ouvre son sac et montre les effets qu’il a emmenés, au cas où… il devrait dormir en prison ce soir.

L’urgence

Chantal Lépinoy, et Jean-Louis Pihet, directeur du centre communal d’action sociale, sont toutefois parvenus à apaiser les esprits en milieu de matinée. Ils ont obtenu de patienter jusqu’en début d’après-midi dans l’attente d’une réponse de la sous-préfecture d’Avesnes-sur-Helpe qu’ils ont promis de contacter. Parallèlement, les modalités d’aide d’urgence de la part du CCAS aux salariés finésiens ont été abordées. Cette question avait déjà été mise sur le tapis en novembre, lors d’un précédent conflit dûs aux mêmes causes, mais seules les municipalités de Feignies, Ferrière-la-Grande et Maubeuge avaient répondu aux appels de détresse selon Chantal Lépinoy. Les autres se reconnaîtront… Enfin le directeur Francis Posas, en sous-préfecture d’Avesnes justement, pour une réunion prévue de longue date, était attendu en fin de matinée.

Avancée en fin de journée

Après une journée bien remplie, le point a pu être fait avec le directeur et les délégués syndicaux qui s’étaient rendus à leur tour en sous-préfecture. Francis Posas a assuré que les virements partaient ce mercredi soir. Aurélien Motte, représentant du personnel, a pour sa part confirmé notre information parue ce mercredi : Sambre et Meuse se dirige vers un plan de cession. Un repreneur, « européen et pas très loin d’ici », a-t-il ajouté, serait même sur les rangs. Selon nos sources, il s’agirait d’un lamineur belge. Une nouvelle perspective s’ouvre donc pour Sambre et Meuse, après le départ annoncé des Russes. Quant au blocage, il est maintenu tant que les virements ne seront pas arrivés sur les comptes des salariés. Chats échaudés…

 

3 réponses à “Sambre et Meuse : le blocage est maintenu en attendant les salaires

  1. aubert lucien

    le gouvernement socialiste est comme le capitalisme , ils affament la classe ouvrière, ici c’est les travailleurs de Sambre et Meuse à Feignies,cette usine de fabrication de matériel ferroviaire.
    ils se battent , réclament leurs salaires et pas de réponse , ces salariés sont dans les dettes, de l’argent il y en a dans les poches des actionnaires, des banquiers et de l’état, qui fait la sourde oreille.
    bravo à tous les travailleurs ,
    LUCIEN AUBERT LUTTE OUVRIERE

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s