Pour une année 2015 de lutte

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Et voilà 2015 ! Comme chaque année, nous avons eu le droit aux vœux présidentiels. Quelques jours avant lui, Valls nous avait déjà promis des « années de sacrifices ». Et sur la même ligne, Hollande a réaffirmé qu’il continuerait sa politique anti-ouvrière. Principal objectif affiché pour les semaines à venir, le vote de la loi Macron, censée, pour citer la presse « libérer les énergies entrepreneuriales » et donner « un coup de jeune » à la société française pour reprendre les mots du président. Cette loi Macron, rappelons-le, vise à généraliser le travail de nuit et de dimanche dans le commerce. Elle vise aussi à faciliter les licenciements économiques. Bref, après 2014 et le pactole du Pacte de Responsabilité avec ses milliards versés aux patrons, c’est à une nouvelle année d’attaques contre la classe ouvrière qu’il faut se préparer ! Le MEDEF d’ailleurs ne s’y est pas trompé. Dès ce premier jour de 2015, le MEDEF, par la voix de Thibault Lanxade a salué le discours de Hollande et son appel à « faire preuve d’audace ».

bandiera_rossaVoilà la bonne année qu’on nous souhaite depuis le sommet de l’Etat et les salons du MEDEF. Une année de « modération salariale »… avec une hausse ridicule de 8 euros par mois pour le SMIC et de 4 euros pour le RSA, c’est clair que pour nous, travailleurs, chômeurs et retraités, on devra continuer à se serrer toujours plus la ceinture même s’il n’y a déjà plus de trous ! Et d’ailleurs, ce 1er janvier est déjà marqué par des hausses de prix à la SNCF (+2,6%), à la poste (+7% sur les timbres) ou de la redevance télé. Avec les prix de l’alimentation ou des loyers qui ne cessent d’augmenter, avec un nombre croissant de foyers ouvriers où il faut, avec un salaire, subvenir aussi aux besoins d’un proche, d’un concubin, d’un enfant ou d’un parent touché par le chômage, c’est à une nouvelle année de galère que nous devons nous préparer.

Le chômage lui continue d’augmenter et contrairement à ce que cherche à nous faire croire la propagande patronale et gouvernementale, les milliards offerts aux patrons par le Pacte de Responsabilité ne crée pas le moindre emploi. Pour ne prendre qu’un seul exemple, le groupe Auchan devrait toucher 120 millions d’euros au titre du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) alors qu’il vient d’annoncer 300 suppressions d’emplois. Et avec la loi Macron qui va faciliter les licenciements, sur que les fermetures d’usine, les licenciements et plans de suppressions de postes continueront en 2015 comme en 2014.

Voilà ce qu’on nous promet pour 2015 : encore des salaires de misère, et toujours plus de chômage, de précarité, et de galère, avec des conditions de travail toujours dégradées. Travailler toujours plus, même le dimanche et la nuit, pour un salaire qui ne permet pas de finir le mois, ou galérer devant les agences pôle-emploi. Ça c’est l’année 2015 qu’ils préparent pour nous autres les prolétaires. Pour les grands actionnaires et patrons, pour la minorité des grandes fortunes, pour les Bettencourt, les Peugeot, Pinault, Mulliez et autres grands bourgeois, par contre, l’année 2015 se présente sous les meilleurs auspices : grâce à notre sueur, grâce à notre sang, ils continueront, eux, à voir leurs profits et leurs fortunes augmenter.

Pour nous, travailleuses et travailleurs, salariés, au chômage ou en retraite, il n’y a pas plus à attendre des politiciens, de droite comme de gauche, que du Père Noël. La seule force sur laquelle nous pouvons compter pour avoir une bonne année 2015, c’est sur notre propre force collective, la force des millions de bras et de cerveaux qui produisent toutes les richesses et assurent tous les services. Sans nous, sans notre sueur, sans notre travail, rien ne tourne ! Unis et solidaires, nous sommes une forces capables de déplacer les montagnes, capables aussi d’en finir avec ce régime absurde, le système capitaliste, qui ne tourne que pour engraisser une minorité de grands bourgeois.

Alors oui, une bonne année 2015, il ne suffit pas de se la souhaiter, il faudra qu’on se la construise nous-mêmes. Pour que l’année 2015 ne soit pas l’année de galère qu’ils nous promettent, il n’y a pas d’autres choix que de s’organiser et de lutter. Cela signifie aussi refuser les discours démagogiques qui ne visent qu’à nous diviser selon la couleur de notre peau, nos origines ou notre nationalité. Qu’on soit né à Douai ou à Alger, qu’on vienne de Paris ou de Tunis, qu’on ait grandi dans les cités de Bordeaux ou dans les faubourgs de Bamako, nous subissons la même galère, les mêmes salaires au rabais, les mêmes conditions de travail merdiques et les mêmes plans de licenciement. Et ce n’est qu’ensemble, contre toutes les divisions racistes, sexistes, nationalistes ou homophobes, que nous représentons cette force capable de combattre, et de vaincre, la bourgeoisie et les politiciens à son service.

Que l’année 2015 soit pour nous une bonne année, une année de luttes ! Et qu’elle soit une année de cauchemars pour les exploiteurs !

Publicités

Une réponse à “Pour une année 2015 de lutte

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s