Belgique : 50 sans-papiers dans un état critique

La Libre Belgique, 30 décembre 2014 :

Bruxelles : Au rez-de-chaussée de l’ancien home du boulevard Léopold II, l’immense pièce principale, à côté de la cage d’escalier, est plongée dans le silence. Si la salle est occupée par une cinquantaine de personnes, seuls les éclats de voix en provenance du hall d’entrée se font encore entendre dans cette partie du squat « La voix des sans-papiers ».

Couchés sur des matelas jetés ici et là, enfouis dans leurs couvertures, ils sont près de 50 sans-papiers, en grande majorité des hommes, à souffrir silencieusement de l’absence de toute nourriture depuis 40 jours en espérant pouvoir sensibiliser le public sur leur situation, et ainsi recevoir un titre de séjour. Après de nombreuses années passées en Belgique, souvent à accepter des petits boulots au noir, ils exigent désormais d’être traités dignement et de recevoir un titre de séjour.

Mis au courant de la grève de la faim, le directeur général de l’Office des étrangers s’est déplacé lui-même, le 18 décembre dernier, afin de dissuader ces migrants, surtout originaires du Maghreb et d’Afrique subsaharienne, de poursuivre leur action. Jamais l’Office ne cédera devant toute forme de chantage, a-t-il insisté, s’inquiétant des graves dangers que ceux-ci font courir à leur santé.

« Des dégâts irréversibles »

De fait, pris de malaise et vomissant, plusieurs grévistes ont déjà été emmenés, ces derniers jours, aux urgences. Signe que la situation s’aggrave, certains ont d’ailleurs déjà uriné ou vomi du sang. Du côté médical, on tire la sonnette d’alarme. « Après 40 jours, leur corps est entré dans une nouvelle phase : celle où des dégâts irréversibles peuvent survenir, même des décès. C’est peut-être une question de jours » , explique le docteur Chris Depredomme, qui vient sur place chaque semaine.

« J’ai vu un gars devenir fou, son visage a changé et je ne sais pas où il est. On a tous perdu 10 à 20 kilos mais on ira jusqu’au bout pour ces papiers » , explique Mohammed, 32 ans, d’une voix quasi inaudible. Au-dessus de lui, une feuille de papier a été collée sur le mur. Sur cette page A4 visible par tous, un seul slogan : « La grève jusqu’à la mort. »

Une réponse à “Belgique : 50 sans-papiers dans un état critique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s