Les salariés du commerce battent le pavé contre le travail dominical

AFP, 16 décembre 2014 :

« Nocturnes, dimanches et jours fériés, ça suffit ! », ont scandé en choeur mardi des centaines de salariés du commerce en battant le pavé parisien pour dénoncer le projet de loi Macron, a constaté une journaliste de l’AFP.

travdi5

« Nous sommes près de 3.000 aujourd’hui à manifester à Paris. Demain, il faudra étendre le mouvement à tout le territoire français », a assuré Karl Ghazi, du Clic-P, l’intersyndicale du commerce qui rassemble la CGT, la CFDT, le Seci-Unsa, SUD et la CFE-CGC. La CFTC était également présente.

Venus des magasins Printemps Haussmann, Galeries Lafayette, BHV, Fnac, Gibert Joseph, Le Bon Marché, Carrefour Market ou Monoprix, les manifestants étaient nombreux à être vêtus de tee-shirt rouges tagués du slogan: « Travailler le dimanche, la nuit, c’est non ! ».

Des salariés d’Eurodisney, de KFC (Kentucky Fried Chicken) et de Mory Ducros étaient également présents.

« Quelle société veut-on aujourd’hui, une société à l’américaine où on travaille 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 ? Il faut une journée de repos en commun à tous », affirme Frédéric Gérard, salarié de Carrefour Market.

« Et moi, je suis toute seule pour m’occuper de mon enfant de 9 ans. Le dimanche et le soir, je fais quoi de lui ? », s’emporte César Cacilda, vendeuse chez Monoprix.

Josée Pépin, qui a travaillé toute sa vie le dimanche, se dit « très en colère »: « travailler le dimanche, ce n’est pas bien, ça m’a coupé de toutes mes copines et en plus, vous n’êtes jamais payé plus cher dans les petits commerces ».

Parmi les mesures du projet de loi sur l’activité du ministre de l’Economie, les commerces non alimentaires pourront ouvrir jusqu’à 12 dimanches par an. Des zones touristiques seront créées dans lesquelles le travail le dimanche et en soirée sera possible toute l’année, notamment sur le boulevard Haussmann, à Paris, où se trouvent plusieurs grands magasins.

« Il faut savoir qu’il y a aussi le volet sur les licenciements dans la loi. Elle modifie quelques règles sur les licenciements collectifs qui sécurisent davantage les entreprises. Par exemple, nous n’aurions pas pu faire annuler le plan social », s’inquiète Martial Brancourt, délégué CGT chez Mory Ducros.

A l’issue de la manifestation, les syndicats ont décidé d’un nouveau mouvement le 26 janvier, au moment du débat à l’Assemblée nationale.

Une réponse à “Les salariés du commerce battent le pavé contre le travail dominical

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s