Archives quotidiennes : 16/12/2014

Grève de la fonction publique à Genève

Le Matin, 16 décembre 2014 :

Les syndicats des fonctionnaires dénonce le «le budget d’austérité» et «les coupes massives». Une défilé est prévu en fin de journée. Un service minimum est assuré dans les écoles.

La fonction publique genevoise va débrayer ce mardi après-midi pour protester contre les mesures d’économies envisagées dans le budget 2015 du canton. La grève affectera notamment les écoles. Un défilé dans les rues est prévu en fin de journée. Le Grand Conseil entamera ses discussions sur le projet de budget jeudi.

Lire la suite

Grève chez Mondial Assistance

Les salariés de Mondial Assistance ont fait grève ce lundi 15 décembre 2014, à l’appel d’une intersyndicale FO CGT CFTC.

photo motif1

En effet, entre le NAO qui ont plutôt pris la forme d’un NADA et les réorganisations successives, les salariés, à bout, ont tenu à manifester leur colère par un arrêt de toutes les activités sur l’ensemble des sites en France.

Lire la suite

Luxeuil-les-Bains : La municipalité coupe l’eau à des familles !

Après avoir coupé l’électricité aux familles de voyageurs, la mairie de Luxeuil-les-Bains (70) a saisi le tribunal administratif de Besançon pour faire expulser immédiatement les familles de l’Aire d’Accueil. Sauf que… les familles, aidées par l’association Espoir et Fraternité Tsiganes de Franche-Comté, ne se sont pas laissées faire. Plusieurs d’entre elles se sont rendues à la convocation au tribunal vendredi 12 décembre et ont pris la parole pour se défendre. luxeuilLundi 15, le tribunal a rendu son verdict et a donné trois mois aux familles pour trouver une solution. Pour la mairie de Luxeuil-les-Bains, c’est une défaite, elle qui voulait au plus vite chasser ces familles ! En représailles probablement, la mairie vent de couper l’eau aux familles. Reste que les voyageurs de Luxeuil-les-Bains n’ont pas dit leur dernier mot : chaque être humain, chaque famille, sédentaire ou du voyage,  a le droit à un logement décent avec l’accès à l’eau et à l’électricité !

Au terme d’une grève d’une semaine, les salariés d’Aubret l’emportent

L’Humanité, 16 décembre 2014 :

À Saint-Mars-la-Jaille (Loire-Atlantique), les ouvriers de l’usine agroalimentaire Aubret (528 salariés), numéro un de la fabrication de lardons en Europe, ont fait plier leur patron. Le 5 décembre, 80 % d’entre eux ont entamé une grève pour revendiquer une prime exceptionnelle de 400 euros par salarié au vu des bons résultats ces deux dernières années, alors même que l’entreprise vient de toucher 800 000 euros au titre du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE).

« Cela ne se traduit ni par des embauches ni par des augmentations de salaire », pointe la CGT. Vendredi dernier, le 12 décembre, au terme de six heures de négociations, les grévistes ont arraché une prime exceptionnelle de 290 euros ainsi que le paiement de 30 % des heures non travaillées. Selon Nathalie Chapron, déléguée CGT, « c’est une vraie victoire. Maintenant, on va faire appliquer le droit chez Aubret. Les salariés ne seront plus bafoués ».

Gabon: Grève d’avertissement chez Bouygues

Koaci.com, 16 décembre 2014 :

Les agents de Bouygues Rechercher Bouygues Energie & Services, ex-Sogec, ont entamé une grève d’avertissement de 48 heures ce mardi matin au siège de leur entreprise à Oloumi, dans le 5 è arrondissement de Libreville.

Ils protestent contre les licenciements économiques décidés par la direction générale à l’encontre de soixante d’entre eux et les retraits opérés sur leur salaire pour le compte de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs).

Lire la suite

Besançon : Action contre la généralisation du travail dominical

Ce 16 décembre, alors que les salariés du commerce sont en grève et manifestent contre le projet de loi Macron qui vise à généraliser le travail de nuit et de dimanche, le syndicat départemental CGT du commerce du Doubs a organisé une action à l’entrée du Géant Casino de Châteaufarine. Distribution de tracts, discutions avec les clients et les salariés, signatures de pétition qui seront remises en janvier à Barbara Romagnan, députée de Besançon, conférence de presse, cette action a permis de sensibiliser sur la question. Etaient présents à cette action des salarié(e)s de Casino, Monoprix et Carrefour, ainsi que des militants de l’Union Locale.

100_1511100_1513 Lire la suite

Lettre au président du Conseil Général des syndicats CGT du département et de l’ADDSEA

Alors que ces 16, 17 et 18 décembre, le Conseil Général du Doubs discute et décide du budget, voilà la lettre ouverte au président du conseil général réalisée par les syndicats CGT de l’ADDSEA et du Conseil Général :

Situation de l’ADDSEA : Questions aux élus du conseil Général pour la présentation du budget

Monsieur le Président du Conseil Général,

Les restrictions budgétaires imposées dans de nombreux départements sur le secteur social inquiètent les salariés des structures financées par le Conseil Général, inquiétudes pour leurs emplois, leurs conditions de travail mais aussi pour assurer un accompagnement éducatif et social de qualité. En ce sens, la principale demande des personnels de l’ADDSEA et des autres associations financées par le Conseil Général est d’assurer le maintien des budgets, avec prise en compte de la hausse des prix.

CGT CG

Pour ce qui est du secteur adulte, après la ré-internalisation des mesures MASP par le Conseil Général, on annonce la fin des baux glissants pour le CCAS et les partenaires associatifs comme l’ADDSEA. Des créations de postes seront-elles prévues au sein du Conseil Général pour que les assistantes sociales du département n’aient pas à subir une augmentation de leur charge de travail ? Une convention de six mois a été signée pour une durée de six mois entre l’ADDSEA et le Conseil Général pour les Mesures d’Accompagnement Social Lié au Logement : que se passera-t-il dans six mois ? Ces mesures seront-elles reconduites ? Pour l’ADDSEA, ce sont à ce jour 2,2 équivalents temps plein qui s’occupent de ces mesures à Besançon et dans le Haut-Doubs. Ces mesures permettent d’accompagner des personnes en difficulté pour se maintenir ou accéder au logement, et force est de constater qu’avec l’accroissement du chômage et de la pauvreté, ce sont de plus en plus de familles qui n’arrivent plus, ou de plus en plus difficilement, à payer leurs loyers. Remettre en cause ces mesures ou les transférer à des travailleurs sociaux du département déjà surmenés, c’est mettre en danger le droit au logement de bien des familles, et ce en contradiction avec le principe de la loi Alur qui met la priorité sur le maintien dans le logement.

Lire la suite