Archives quotidiennes : 15/11/2014

Les tests osseux, pas fiables, servent toujours à expulser

Libération, 14 novembre 2014 :

Les médecins sont parfois contraints par un juge d’évaluer l’âge des migrants pour savoir s’ils sont mineurs ou majeurs… Alors qu’il est scientifiquement impossible de le savoir.

Manifestation de lycéens le 13 novembre à Paris, en soutien à Yero, menacé d’expulsion.

Ce jeudi encore, quelques centaines de lycéens ont manifesté à Paris, notamment pour défendre le cas de Yero. L’histoire de ce lycéen menacé d’expulsion ressemble à beaucoup d’autres. Arrivé en France, seul, avec un faux passeport, il a d’abord été pris en charge en tant que mineur isolé. C’est une obligation pour l’Etat. Tout enfant de moins de 18 ans a le droit d’être nourri, logé et scolarisé. Un mineur ne peut pas être expulsé.

Lire la suite

Publicités

Les salariés du commerce disent «non» au travail du dimanche

AFP, 14 novembre 2014 :

Près de 1 000 salariés de grandes enseignes parisiennes ont manifesté ce vendredi contre le travail du dimanche alors que le projet de loi sur l’activité doit être présenté mi-décembre.

«Mes parents se sont battus pour se reposer le dimanche, on ne peut pas laisser faire»: Béatrice Simon, vendeuse au BHV, a manifesté vendredi à Paris aux côtés de plusieurs centaines de salariés du commerce contre le projet du gouvernement d’assouplir les règles sur le travail dominical.

Lire la suite

Lyon : Manifestation pour le droit au logement

France 3 Rhône-Alpes, 15 novembre 2014 :

Sous la bannière : »manifester pour l’arrêt des expulsions et pour un logement pour toutes et tous » un cortège d’un millier de personne environ a défiler de la Place des Terreaux , dans le centre de Lyon, jusqu’à la préfecture de région.

Cette manifestation organisée à l’appel de nombreuses associations, collectifs, individus, organisations, syndicats et partis politiques vise à obtenir « l’ouverture de structures d’hébergement d’urgence, l’amélioration des conditions d’accueil, sans condition d’accès, été comme hiver ». Les signataires entendent aussi obtenir « l’arrêt des expulsions sans relogement, pour tout type d’habitation, des fermetures des places d’hébergement et des coupures de fluides (eau, électricité, gaz…). » Mais aussi « l’arrêt du harcèlement de la part des administration et bailleurs sociaux sur les locataires et les usagers (contentieux, lettres menaçantes…) et le gel des loyers impayés. »

Lire la suite

Grèce : le gouvernement et la police cognent sur les étudiants

Le Courrier des Balkans, 15 novembre 2014 :

Les violences policières se poursuivent en Grèce. Les forces anti-émeutes ont violemment réprimé une manifestation pacifique d’étudiants, blessant au moins 40 élèves. Le gouvernement a pris des mesures sécuritaires exceptionnelles pour l’anniversaire du soulèvement étudiant du 17 novembre 1973, contre la junte des colonels.

Depuis plus d’un mois, l’université grecque est sous haute tension. Les conseils étudiants ont violemment réagi à la volonté du recteur de l’université d’Athènes, Theodore Fortsakis, d’engager des compagnies de sécurité privées pour contrôler les entrées des bâtiments universitaires. Sa décision de fermer les portes des facultés de droit et d’économie « pour des raisons de sécurité », juste avant les manifestations commémorant le soulèvement étudiant du 17 novembre contre la junte des colonels, a jeté de l’huile sur le feu.

Lire la suite

Inde: le gouvernement promet une meilleure indemnisation pour les victimes de Bhopal

AFP, 15 novembre 2014 :

Le gouvernement indien a promis d’améliorer l’indemnisation des victimes de la catastrophe de l’usine de Bhopal (nord), à l’occasion du 30è anniversaire de la tragédie, a annoncé samedi Amnesty International, qui salue une « victoire majeure ».

La promesse en a été faite vendredi soir par le ministre indien des Produits chimiques et Engrais, Ananth Kumar, aux manifestants qui réclamaient une meilleure indemnisation pour les victimes, a précisé Amnesty dans un communiqué.

Lire la suite

Maroc : Le nombre de grèves en hausse de près de 20% à fin septembre

La Vie Eco, 15 novembre 2014 :

Le nombre de journées de travail perdues a baissé de 37,2%, malgré l’augmentation de la conflictualité. C’est dans le secteur industriel où l’on a enregistré le plus grand nombre de grèves. Les questions strictement sociales sont à l’origine de 65% des débrayages.

Le monde du travail a connu une hausse significative de la conflictualité au cours des neuf premiers mois de 2014. C’est le ministère de l’emploi et des affaires sociales qui le dit dans un rapport sur les grèves dans les secteurs de l’industrie, du commerce et des services. Un bémol toutefois : l’impact de ces débrayages, en termes de journées de travail perdues, a diminué par rapport à la même période de 2013 (-37,3%, à 144 438 journées perdues). Ce qui veut dire que cette année les grèves ont duré moins longtemps. Selon le document du ministère de l’emploi, le nombre de grèves déclenchées entre le 1er janvier et fin septembre 2014 s’élève à 196 contre 164 à la même période de 2013, soit une augmentation de 19,5%. Ces grèves ont eu lieu dans 160 établissements, au lieu de 140 l’an dernier, soit une hausse de 14,3%.

Lire la suite

Affaire des affiches « Toufik de Planoise » : suite et fin judiciaire.

Message de Toufik de Planoise :

Dossier en appel qui m’oppose à la ville de ‪‎Besançon‬, pour avoir collé de la propagande sur des gouttières courant 2013. On pensait le procès renvoyé en l’absence d’éléments communiqués à temps, le tribunal a finalement décidé d’en terminer aujourd’hui. Pas de comité de soutien présent ce matin donc, juste moi et mon avocat. Au milieu d’un exhibitionniste et d’un fuyard de la route, on examine mon cas. Rien de neuf dans les faits et réquisitions : « Monsieur se permet de polluer cette ville agréable et saine avec ses visuels subversifs. » Énumération des quelques antécédents, tous du genre d’ailleurs, mention de l’absence de domicile, de travail et de revenus.

L’avocate générale en conclue cyniquement que « je ne fais rien de ma vie et pour la société. » Pas de réponses à la rhétorique du manque d’espaces d’expression et surtout d’un procédé largement utilisé y compris des plaignants. Sera juste cédé que « seize heures de travail facturées par la Mairie pour douze affiches c’est un peu excessif », et qu’une peine autre que pécuniaire est favorable par rapport à ma précarité importante. Reconnu coupable de « vandalisme », j’écope de soixante-dix heures de travail d’intérêt général et de 160€ de dommages et intérêts pour la « victime » qui en demandait plus du triple. Par rapport à la peine de première instance (plus de 800€), c’est mieux financièrement, pas vraiment top sur le reste.

Lire la suite