Hôpital de Pau : les agents inquiets pour l’avenir

La République des Pyrénées, 8 novembre 2014 :

Ils étaient de 100 à 150 syndiqués CGT et non syndiqués à se retrouver dès 11h30 devant l’entrée du centre hospitalier général. Administratifs, soignants et techniques ont clamé « leur inquiétude face à la réorganisation du temps de travail » et une réduction du nombre de jours de RTT, proposée par la direction « pour sauver le bateau ».

En cette année de déficit prévisionnel de 3 M€, « plus important que prévu », l’angoisse des salariés est « tangible » alors que « l’établissement connaît une hausse de 6 % de son activité par rapport à 2013 ». Actuellement, les salariés sont « à 38h45 en moyenne hebdomadaire, sur des roulements de 7h45 » pour la majorité d’entre eux (selon la CGT, il reste encore trois services en 12 heures, les urgences, les sages-femmes et la réanimation).

« L’économie se fera sur la suppression de postes »

La direction leur propose de passer, au 1er janvier prochain, à 37h30 hebdo, dans le cadre d’une réorganisation complète. « Ils espèrent récupérer le montant du déficit sur le personnel et ne pas renouveler certains postes. Ils veulent faire pareil mais avec moins de gens » scandent les cégétistes. « Mais quelle qualité de soins sera assurée? Quelle prise en charge des patients pourra être assurée avec moins de personnels? » s’inquiètent-ils. Selon le syndicat, « une cinquantaine de postes pourrait être concernée et ne pas trouver de remplaçants. Ils essaient de faire passer la pilule en nous parlant d’une nouvelle organisation. En réalité, l’économie se fera sur la suppression de postes ». Cette manifestation sonore s’est déroulée alors même que siégeait le conseil de surveillance, présidé par François Bayrou. La secrétaire de la CGT, Cathy Lepauvre a refusé d’y participer. Quant au maire, il était attendu au repas annuel des retraités… où les manifestants se sont invités à l’heure de l’apéro. Lesquels retraités ont soutenu, pour la plupart d’entre eux, les grévistes.

Grève reconductible

François Bayrou, en raison « d’un agenda chargé » n’est pas venu. Il a tout de même eu droit à « des huées ». Le Dr Jean Lacoste, adjoint à la culture, qui a dit « avoir de grandes compétences en la matière », représentait la Ville.

Reconductible, la grève connaîtra un autre moment fort mercredi 12 novembre: les personnels distribueront des tracts en début d’après-midi pour informer les usagers et le public.

2 réponses à “Hôpital de Pau : les agents inquiets pour l’avenir

  1. Pingback: The informant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s