Un spectre hante toujours les cauchemars de la bourgeoisie : le spectre du communisme !

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

En cette période Halloween, la presse fait ses titres sur les clowns agressifs qui terrorisent ici et là des passants. Bien plus effrayantes et cela pendant toute l’année sont les menaces de licenciements, les factures qui tombent et grèvent d’autant plus notre budget alors que salaires, pensions de retraites ou allocations-chômage ne nous permettent déjà pas de boucler le mois, l’angoisse d’être radié lorsqu’on pointe à Pôle Emploi, celle de subir, un jour encore, la pression des cadences et des chefs à l’usine, au bureau ou sur les chantiers… Voilà quelques exemples de ce qui nous impose la peur et le stress chaque jour de l’année à nous les travailleuses et les travailleurs.

Depuis des décennies, politiciens, bourgeois et idéologues à leur service nous explique que le communisme serait mort, que la lutte des classes serait dépassée… qu’importe que nous pouvons tous observer qu’alors que l’on galère de plus en plus, les profits explosent. Bien souvent, lorsqu’un groupe capitaliste annonce une fermeture d’usine ou un plan de licenciements, ses actions augmentent, ce qui montre à quel point nos intérêts de travailleurs sont antagonistes aux intérêts des capitalistes. Selon le magazine 20 millions de consommateurs, nous avons perdu en France, 1500 euros par an de pouvoir d’achat… alors que les 500 plus grandes fortunes ont vu leurs revenus augmenter de 25% en un an ! Et ne parlons des 85 plus riches du monde, qui possèdent autant que les 50% les plus pauvres, et ramassent en moyenne un demi-million de dollars par minute !

Depuis le 2 octobre, d’ailleurs, comme une image de cette lutte des classes, ainsi que de l’ignominie de la société capitaliste, les travailleuses et les travailleurs de l’hôtel parisien Royal Monceau Raffles, des femmes de chambre aux plongeurs en passant par les barmans et les équipiers, sont en grève pour réclamer une augmentation de salaire de 2 euros de l’heure. Une chambre dans cet hôtel peut monter jusqu’à 25.000 euros la nuit, ceux qui y travaillent gagnent en moyenne 1.300 euros par mois, bref il faudrait presque 20 mois de travail à un salarié de cet hôtel pour se payer une chambre une seule nuit !

Il n’en reste pas moins que les grands bourgeois aussi ont leurs cauchemars et leurs angoisses. Gattaz, le chef du MEDEF, vient de publier un petit livre où il exprime son mal-être : « « Comment peut-on discuter […] avec certains syndicats dont la doctrine s’inspire du communisme ou de l’extrême gauche ? » dit-il. Tout son livre revendique d’un côté encore plus de liberté pour licencier et exploiter les ouvriers, plus de cadeaux aux patrons… et transpire de sa hantise du communisme. On ne peut, en lisant la prose du « patron des patrons » que penser à ce qu’écrivait Marx et Engels sur le « spectre du communisme » qui hante le monde.

Et bien il est temps que la peur change de camp ! Prenons Gattaz au mot ! Montrons lui que notre classe sociale, la classe ouvrière, sait relever la tête, se battre et riposter aux attaques de la bourgeoisie. Faisons vivre cette perspective qui depuis la nuit des temps fait trembler les puissants et les exploiteurs, celui d’une société libérée de l’exploitation et de la misère, celui d’un monde où les formidables moyens de production dont nous disposons ne servent plus à engraisser une minorité mais à satisfaire les besoins de l’humanité, bref la perspective du communisme !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s