Archives quotidiennes : 26/10/2014

Colère au Mexique après la disparition de 43 étudiants

Le Monde, 26 octobre 2014 :

Cela fait un mois, dimanche 26 octobre, que les familles des 43 étudiants disparus à Iguala, dans l’Etat du Guerrero, dans le sud du Mexique, sont sans nouvelles d’eux.

Ils avaient été pris dans une rixe avec la police et livrés au cartel des Guerreros Unidos, mais l’enquête n’a pas encore été en mesure de faire la lumière sur l’endroit où ils se trouveraient ou auraient été enterrés s’ils ont été tués.

Lire la suite

Manifestation de soutien aux salariés de Fenwal à La Châtre (Indre)

La Croix, 25 octobre 2014 :

Entre 6 000 personnes, selon la police, et 7 000, selon les organisateurs, ont manifesté samedi 25 octobre à La Châtre (Indre), en soutien aux salariés de l’entreprise Fenwall, menacés par un plan de suppression de 338 emplois sur 461, en raison de l’arrêt de la production de poches à sang.

Habillés de leurs combinaisons blanches, les salariés, dont chacun avait dans le dos un numéro allant de 1 à 338, portaient des pancartes « je suis le prochain », écrites en français et en allemand. L’usine Fenwal est en effet propriété du géant allemand du matériel médical Fresenius Kabi. « Nous sauvons des vies, sauvez les nôtres », scandaient notamment les manifestants.

Lire la suite

Rassemblement à Caen en solidarité avec Kobanê

A l’initiative de Solidarité Irak et de membres de la communauté kurde de la ville, un rassemblement d’une bonne cinquantaine de personnes a eu lieu samedi 25 octobre après-midi place du théâtre à Caen pour affirmer sa solidarité avec la population civile de Kobanê, attaquée par une force réactionnaire anti-ouvrière, une force contre les femmes et contre la liberté de pensée.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Lire la suite

Iran : Rapports sur les manifestations contre les agressions misogynes à l’acide

Rapports du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) sur les manifestations contre les attaques de femmes à l’acide, 25 octobre 2014 :

Forces de répression à Ispahan

Forces de répression à Ispahan

Rapports n°1 :

Ispahan :

Il y a une atmosphère très tendue. De nombreuses écoles de filles sont fermées. De nombreuses étudiantes de l’université d’Ispahan ont refusé de rejoindre leurs classes, avec plus de 50% des cours supprimés. La sécurité de l’université contrôle étroitement les entrées et les sorties. Les magasins de la place Emam Ali, de la place Sabzeh, et des rues Shaohada et Sharif Vaghefi sont fermés. Les gens avancent vers Darvazeh Dowlat où les magasins sont aussi fermés. Les forces de sécurité et les flics en civil du régime sont aussi présents.

Lire la suite