Fort-de-France : Grève des dockers

France Antilles, 24 octobre 2014 :

Les dockers en charge du débarquement des bateaux Roro (navire roulier transportant des automobiles) sont entrés en grève hier, réclamant l’ouverture de négociation sur le versement d’une prime « exceptionnelle de 2 000 euros net négociable » .

Cette fois, c’est officiel : les ouvriers dockers chargés du débarquement des véhicules sont en grève. La revendication : le versement d’une prime de 2 000 euros. « C’est une prime exceptionnelle que nous demandons. Ce n’est pas une remise en cause de la convention collective, contrairement à ce qui est dit. » affirme Pascal Arsen, porte-parole du syndicat STPFF (syndicat des travailleurs du port de Fort-de-France). Bien que depuis le début du mois, le débarquement des véhicules sur la plate-forme de l’hydrobase était au compte-gouttes, sinon nettement arrêté, aucune déclaration d’arrêt de travail, ni de droit de retrait, n’avait pas été déposé sur le bureau des manutentionnaires. « Nous le sommes officiellement ce jour (hier : ndlr) et le mouvement est reconductible. La cargaison du bateau ne peut donc être débarquée.

Et on ne peut donc pas nous accuser ainsi, d’empêcher les voitures de sortir du port. » précise le porte-parole syndical. Serait-ce pour provoquer l’ouverture de négociation ?

RENDEZ-VOUS EN DÉBUT DE SEMAINE PROCHAINE

Pour le syndicaliste, les manutentionnaires se sont contentés de les entendre, lors d’une réunion la semaine dernière, sans donner de réponses précises à leur doléance. « Nous avions autrefois une prime relative au débarquement des véhicules roulant. Elle était annuelle. Ce n’est pas l’annuité que nous réclamons, car nous la demandons à titre exceptionnel. Il ne s’agit ni de rendement, ni de nombre de véhicules débarqués, ou livrées à l’heure. »

Les deux parties se sont néanmoins donné rendez-vous pour le début de la semaine prochaine. Si la prime est bien à l’ordre du jour, les échanges risquent d’être tendus, tant les manutentionnaires estiment que le coût de cette prime sera in fine le double de la demande. Dialogue de sourd en perspective ? Pendant ce temps, le travail s’effectuait normalement sur les autres quais du port de Fort-de-France. « La grève ne concerne que le débarquement des navires Roro (roulier). » insistaient les grévistes. Le navire roulier « Höegh singapore » , arrivé le matin, mais n’ayant pu décharger sa cargaison de plus de 300 véhicules, est reparti dans l’après-midi, mettant le cap sur la Guadeloupe. Ce qui ne laisse pas la communauté portuaire insensible.

Ce matin, c’est au tribunal de Fort-de-France que les grévistes ont rendez-vous : ils sont assignés pour avoir empêché la livraison des véhicules, ces dernières semaines.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s