La grève se poursuit ce week-end dans les supermarchés Delhaize

La grève devrait se poursuivre chez Delhaize ce week-end
Une trentaine de supermarchés Delhaize risquent de rester porte close samedi tandis que les dépôts du groupe de distribution pourraient encore être à l’arrêt, a-t-on appris auprès du syndicat CNE.

Ainsi, 9 magasins sur 15 en région liégeoise poursuivraient la grève, 7 magasins en province de Hainaut, 3 en Brabant wallon, tout comme plusieurs magasins de la région bruxelloise, selon le syndicat chrétien. Des fermetures de magasins ne sont pas non plus à exclure en Flandre. Ce vendredi, 103 magasins sur 138 sont fermés tandis que les dépôts de Zellik et de Ninove ont été bloqués.

Delhaize tente de fournir les magasins ouverts

Du côté de la direction de Delhaize, on déclare tout mettre en œuvre pour que les magasins en gestion propre et les magasins franchisés soient livrés en marchandises. « Nous avons des obligations à l’égard des magasins et de nos clients », souligne un porte-parole du groupe. L’enseigne aurait d’ailleurs fait appel à l’aide de l’entreprise logistique anversoise Katoen Natie.

Reprise des négociations lundi

Les syndicats représentant les ouvriers se réuniront lundi à 14h avec la direction de la chaîne de supermarchés au SPF Emploi à Bruxelles pour une réunion de conciliation, a précisé le porte-parole. Le ministre de l’Emploi Kris Peeters avait auparavant appelé à une reprise la plus rapide possible de la concertation sociale au sein du groupe sous l’égide d’un conciliateur social. Dans un communiqué, M. Peeters a dit comprendre l’incertitude vécue par les travailleurs de Delhaize et leur famille. Le ministre a également indiqué suivre le conflit social de près et être en contact avec toutes les parties.

La réforme des commissions paritaires du gouvernement Michel devrait clarifier la situation

Le ministre de l’Emploi a enfin rappelé que l’accord de gouvernement prévoit une réduction du nombre de commissions paritaires et une modernisation de la concertation sectorielle au sein des commissions paritaires afin de tenir compte notamment du statut unique et des secteurs économiques du XXIe siècle. Un chantier qui doit être mené à bien en concertation avec les partenaires sociaux. L’appartenance à une commission paritaire déterminée ne peut pas jouer dans la lutte concurrentielle que se livrent des entreprises exerçant la même activité, selon Kris Peeters.

Les actions syndicales font suite à la volonté affichée par la direction du groupe de réaliser des économies sur les salaires des travailleurs en plus des 2.500 suppressions d’emploi et de la fermeture de 14 magasins en gestion propre prévue dans le plan de transformation annoncé en juin.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s