En finir avec le modèle social de la dictature patronale !

Editorial de Communisme-Ouvrier n°47, bulletin de l’Initiative Comuniste-Ouvrière :

« Un homme qui ne dispose d’aucun loisir, dont la vie tout entière, en dehors des simples interruptions purement physiques pour le sommeil, les repas, etc., est accaparée par son travail pour le capitaliste, est moins qu’une bête de somme. C’est une simple machine à produire la richesse pour autrui, écrasée physiquement et abrutie intellectuellement. Et pourtant, toute l’histoire moderne montre que le capital, si on n’y met pas obstacle, travaille sans égard ni pitié à abaisser toute la classe ouvrière à ce niveau d’extrême dégradation. »
Karl MARX

En finir avec le modèle social de la dictature patronale !

Marx_ex

Avec le pacte de responsabilité, ce sont 40 milliards d’euros d’argent public qui sont offerts sur trois ans aux grands patrons et actionnaires. En un an, les 500 plus grandes fortunes de France (Bernard Arnault, PDG de LVMH ; Liliane Bettencourt, héritière de L’Oréal ; Gérard Mulliez, Auchan ; Serge Dassault…) se sont enrichis de 25%, alors que nos salaires, retraites et allocations-chômage sont gelés depuis des années et que nous, travailleuses et travailleurs, avons de plus en plus de mal à boucler nos fins de mois.

Cela n’empêche pas le MEDEF d’en demander toujours plus. Dans son programme annoncé mercredi 24 septembre, le syndicat patronal revendique la suppression de deux jours fériés, reculer encore l’âge de la retraite, la remise en cause de la durée légale du temps de travail à 35 heures, la généralisation du travail de nuit et de dimanche dans tous les secteurs d’activité, la généralisation des contrats précaires au détriment du CDI, la généralisation des « contrats aidés » au secteur marchand, la remise en cause des seuils sociaux pour les droits syndicaux dans les entreprises, etc, etc.

Bref, le programme du MEDEF c’est la remise en cause de tous les droits et de toutes les conquêtes de la classe ouvrière. C’est d’augmenter notre temps de travail, faire baisser nos salaires et pouvoir nous virer à tout moment, c’est-à-dire exactement l’inverse de ce qu’il nous faudrait à nous, les travailleuses et les travailleurs !
Sans honte, le MEDEF va jusqu’à promettre qu’avec l’application de son programme, il pourrait y avoir un million d’emploi créés ! Des décennies déjà que nos droits sont attaqués, des milliers d’entreprises déjà où le code du travail et les conventions collectives sont quotidiennement bafoués, et le chômage, lui, n’arrête pas d’augmenter.

Le gouvernement Valls II a déjà annoncé qu’il continuerait la politique de Valls I et de ses prédécesseurs : les déclarations d’Emmanuel Macron sur les 35 heures, celles de Rebsamen sur les chômeurs, les propos de Hollande sur les seuils sociaux et les instances de représentation du personnel montrent bien que les dirigeants de l’Etat ne sont que les serviteurs zélés du patronat.

S’il n’y a rien à attendre des politiciens, nous disposons, nous les travailleuses et les travailleurs, d’une immense force : notre force collective. Si les grands bourgeois ne sont qu’une poignée, nous, nous sommes des millions, et surtout, sans nous, sans notre travail, plus rien ne peut tourner. Reprendre confiance dans notre force collective et faire exploser notre colère, voilà ce qui permettrait de remettre les pendules à l’heure, de stopper l’offensive anti-ouvrière du MEDEF, et même d’arracher des revendications pour une vie meilleure.

Pierre Gattaz, le dirigeant du MEDEF, est allé jusqu’à dire « Notre modèle social a vécu ». Pour lui, notre « modèle social », ce sont tous les acquis que nous, nos parents et grands-parents, avons arraché de haute lutte contre l’exploitation capitaliste. Mais prenons-le au mot ! Oui, avec ses crises qu’il fait payer aux classes populaires, son chômage de masse, sa misère pour le plus grand nombre alors que les plus riches s’engraissent toujours plus, oui, le modèle social du capitalisme a vécu ! Oui, il faut en finir avec ce modèle social où au nom de la propriété privée, grands patrons et actionnaires peuvent fermer nos usines et condamner des régions entières à la misère ! Le modèle social de la dictature patronale, le capitalisme, devrait appartenir au passé. Et notre force collective nous permettra aussi de renverser la dictature des riches et des patrons pour créer un monde nouveau où la production ne servirait plus à engraisser une minorité de bourgeois mais à satisfaire les besoins de l’humanité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s