Pologne : Mineurs en lutte pour le paiement des salaires et l’emploi

AFP, 27 septembre 2014 :

Une centaine de mineurs polonais qui sont restés depuis quatre jours au fond du puits pour protester contre la fermeture annoncée de leur mine Kazimierz-Juliusz à Sosnowiec (sud), ont suspendu leur grève samedi, selon les images montrées par la télévision publique.

Les mineurs devaient entamer samedi après-midi des négociations avec des responsables de la Holding minière de Katowice (KHW), contrôlée par le Trésor public et propriétaire de leur mine, avec des représentants du gouvernement et avec les autorités locales, pour tenter de trouver des solutions pour leur site endetté et en rupture des gisements.

Les grévistes, qui sont remontés tous à la surface, réclament notamment des arriérés de salaire et des garanties sur les logements qu’ils occupent et qu’ils craignent de perdre si leur mine cesse de fonctionner.

Vendredi, la KHW a décidé de licencier son président et un de ses adjoints, et de régler les impayés de salaires aux mineurs.

Une réponse à “Pologne : Mineurs en lutte pour le paiement des salaires et l’emploi

  1. Maurice Dumonstier

    Pologne et ailleurs, en titre Grèves des mineurs. La lute contre la dictature du capitalisme mondial n’est pas décrite sous son vrai nom, il ne s’agit pas d’une lutte mais d’une guerre totale avec chaque opposant résolu à obtenir une victoire totale. Cette guerre ne respecte aucune loi national ou international ni les droit de l’homme, il n’est qu’illusion d’y croire. Capital avec un grand C est résolu à poursuivre avec une arrogance et cruauté illimité son but de destruction des organisations de la classe ouvrière de par le monde et de soumettre les populations à un esclavage industriel à l’image de celui qui s’opère actuellement en Chine et dans l’Asie, sans oublier l’Afrique et les pays de l’Amérique central et du Sud. Le monde capitaliste n’a plus rien à offrir de progressif pour les peuples de ce monde si ce n’est souffrance, misère, pauvreté et des guerres sans fin, ce depuis plus de cent ans. L’exploitation des ressources naturelles de cette planète sous ce régime sanguinaire et abusive arrive à son point final pour la survie des êtres humains. Seul quelques milliers d’individus sur cette planète vivent une existence privilégiée comparable à celle des nobles sous l’ancien régime féodale. La pollution industrielle et nucléaire est à ce jour à un tel niveau que l’existence animale et biologique accuse une détérioration profonde et irréversible pour le genre humain. La mort par les maladies multiples et les cancers de toute sortes nous donnent la preuve irréfutable que nous sommes en régression totale sur tous les points de l’existence sociale. Les grèves qui se multiplient chaque jour à travers le monde sont le résultat naturel de cette impossibilité de la structure capitaliste de progresser vers une humanité vraie telle quelle était conçue philosophiquement au 18e et 19e siècle. Cette conception d’une humanité vraie a disparu complétement et fait place à une guerre totale entre « Capital » et les populations. Une révolution sociale s’impose ainsi que la formation des cadres révolutionnaires. La classe dirigeante s’applique à détruire les cadres et soumettre les populations à une soumission totale de la dictature capitaliste en existence sous le couvert de la démocratie parlementaire bourgeoise. Nous sommes en guerre, ne nous y trompons pas. Il n’y a aucune pitié du côté du capital envers les classes exploitées, il ne doit y avoir aucune pitié envers la classe possédante qui impose une dictature sanglante contre l’humanité. Non, à la soumission au « Capital » et totale destruction de ce système économique est le mot d’ordre pour chaque être humain sur cette planète. Tout système économique peut être changé, il n’y a pas de manque de théories sur ce point, il suffit de changer la base sur laquelle repose la pratique, ce qui veut dire annuler le « status-quo » tel qu’il existe. Pour le faire il faut une révolution sociale complète. La classe dirigeante l’a bien compris et fait tout son possible pour échapper à une telle pensée. Il n’y a aucune discussion ni débat sur ce sujet qui est tabou dans le monde politique et il devient impératif de se mettre au travail à ce sujet. Qui veut, peut, c’est une question de volonté et de connaissance.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s