Etats-Unis : les employés des fast-food repartent en grève

RTBF, 2 septembre 2014 :

La campagne «Fight for 15 $ US» bats son plein aux USA. Les employés des chaines de restaurants comme McDonald’s, KFC ou Burger King, qui étaient déjà parti en grève ces précédents mois ont annoncé remettre le couvert ce 4 septembre. Les travailleurs et les syndicats exigent une augmentation salariale et espèrent que le revenu minimum soit fixé à 15 dollars de l’heure.

C’est l’actualité socio-économique du moment de l’autre côté de l’Atlantique. L’industrie tout entière du fast-food est concernée par ces manifestations. Les syndicats et les employés combattent ensemble pour la même revendication : imposer le salaire de 15 dollars de l’heure comme la norme pour ce genre de travail.

C’est d’ailleurs le slogan de la campagne qui secoue le pays de l’Oncle Sam et qui risque de déferler sur plus de 100 villes ce 4 septembre : « Fight for 15$ US. »

Au menu, de la désobéissance civile

Les travailleurs impliqués dans la grève seront prêts à se faire arrêtés en protestant pour leurs droits ont annoncés les organisateurs de la campagne. Ils évoquent notamment des actions de sit-ins.

« Ils vont utilisé des moyens non-violents de désobéissance civile pour attirer l’attention sur leurs situations alarmantes. Ils ont recours à l’histoire des droits civiques pour prouver que ces jobs méritent un salaire plus élevé et pour être syndiqués » se dit Mary Kay Henry, présidente du syndicat SEIU, l’Union Internationale des Employés des Services.

Car le plus étonnant, c’est que le SEIU n’a pas vocation à défendre les employés du secteur des fast-food. Pourtant, ils ont dépensé des millions de dollars pour soutenir la campagne.

Soutenant à l’accoutumée les travailleurs de la santé et les milliers de concierges du pays, le syndicat encourage ses syndiqués à protester aux cotés des manifestants liés a l’industrie du fast-food. La SEIU espère ainsi mettre d’avantage de pression sur les villes et états pour augmenter les salaires minimums à travers tout le pays. Une situation de win-win pour les deux partis.

La présidente du SEIU est satisfaite de sa stratégie. Les manifestations du mois de mai ont incité la ville de Seattle à augmenter leurs salaires, et San Francisco va sans doute leur emboîter le pas, toujours selon Me Henry.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s