Marseille : Fin de la grève chez McDonald’s

La Provence, 1 septembre 2014 :

En grève depuis 14 jours à l’appel d’une intersyndicale CGT-FO-Unsa, les salariés des fast-foods de Sainte-Marthe, la Porte d’Aix et Vitrolles ont voté, hier, « la suspension » du mouvement et la réouverture des trois sites fermés au public.

En milieu de semaine, quatre autres établissements du département s’étaient « solidairement » joints à la lutte avait de reprendre le travail, deux jours plus tard. « Les clients seront de nouveau accueillis ce lundi (NDLR : aujourd’hui), confirme Kamel Guemari, délégué FO à la Porte d’Aix. Qui précise : « Le temps qu’on fasse un grand nettoyage et que tout soit remis en ordre ».

Une détente attribuée par les syndicats à l’ouverture, ces dernières heures, de « véritable négociation avec la direction de Mc Do France ». À l’origine du blocage, le rachat par l’entité nationale de la totalité des 10 % de parts détenus jusque-là par Lionel Combe, le franchisé des trois restaurants, qui a préféré passer la main.

« D’un Mc Do à un autre, on n’a pas les mêmes droits »

Et surtout, les craintes liées à cette emprise totale de McDo France… « On ne sait pas qui ils vont prendre comme nouveau franchisé », assène Kamel Guemari, « mais on a voulu leur signifier qu’il n’est pas question que nos acquis sociaux soient remis en cause, comme cela s’est vu à Toulon, avec des salariés à qui on a imposé des mutuelles bidon ».

C’est que, dans l’univers tentaculaire de McDonald’s, les employés de ces enseignes marseillaises ont obtenu de haute lutte des avantages enviés et jugés « fragiles », à l’instar d’un 13e mois et d’une couverture sociale largement prise en charge par la boîte. « Même si nous sommes les mieux lotis, relève Kamel Guemari, « c’est une situation anormale. On vend les mêmes hamburgers ! Mais d’un Mc Do à un autre, on n’a pas les mêmes droits ».

Confronté à cette nouvelle fronde, McDonald’s France avait tenté d’éteindre l’incendie dès mercredi dernier, par l’intermédiaire du directeur régional Fabrice Delapierre. « Les acquis sociaux et les emplois des trois restaurants seront maintenus », a-t-il assuré. Une promesse qui a donc fini par convaincre les salariés de mettre le mouvement « entre parenthèses. Tout en restant très vigilant sur la suite… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s