Aubigny-sur-Nère : cinquante et unième jour de grève à La Poste

Le Berry, 6 août 2014 :

Cinquante et unième jour de grève hier, et les facteurs restent déterminés. Ils ont manifesté en centre-ville le matin, soutenus par des syndicats, des usagers et le Parti de gauche.

«On ne lâche rien ! », tel était le mot d’ordre hier matin des facteurs qui manifestaient en ville, pour leur cinquante et unième jour de grève. Des facteurs des bureaux d’Aubigny-sur-Nère, d’Argent-sur-Sauldre, de La Chapelle-d’Angillon, rejoints cette fois par un facteur de Vailly-sur-Sauldre. « Résistance ! », « facteurs en colère, usagers maltraités ! », « cinquante jours, une honte pour la Poste ! » ont-ils scandé ensemble dans les rues du centre-ville, entourés par des représentants des syndicats CGT et Sud, du Parti de gauche, mais aussi par des usagers qui ont souhaité soutenir le mouvement des postiers.

Un mouvement qui a commencé le 16 juin quand la Poste a décidé de mettre en place une nouvelle organisation, dans le cadre de l’installation d’une plateforme de distribution du courrier à Aubigny-surNère. Les facteurs des différents bureaux devraient à l’avenir débuter leur tournée depuis Aubigny-sur-Nère, et neuf tournées seraient supprimées. Des suppressions que la direction justifie par une baisse du trafic postal de 6 % chaque année, mais qui seraient répercutées sur les autres tournées, avec un allongement évident des tournées des facteurs. « À La Chapelle-d’Angillon, on a une tournée qui passe du simple au double », affirme Joël Bugnone, délégué syndical CGT à Saint-Amand-Montrond. Il relève également la fin du « fini parti », en langage postal, qui signifie que la journée du facteur s’achève quand sa tournée est terminée. « Là on demande au facteur de revenir avec le courrier non distribué et de reprendre sa tournée le lendemain, là où il l’a laissée. Il n’y a donc plus de distribution du courrier six jours sur sept pour les usagers. On casse le service public ! ». Mais « la grosse pierre d’achoppement, c’est la pause méridienne. Il faut que la Poste l’entende. » Une pause méridienne d’une heure non rémunérée, qui viendra remplacer une pause de vingt minutes jusque-là payée… Évidemment, ça coince. D’autant que cette pause rallonge de fait la journée de travail des postiers, forcés de revoir l’organisation aussi de leur vie privée.

Cinquante jours, ce n’est pas pour rien !

Autant de revendications que les facteurs réitèrent à chacune de leur rencontre avec la direction. « On a été reçu ce matin, mais par deux cadres de la Poste, le directeur est parti en congés. Et ils ont pour mot d’ordre de ne pas lâcher, alors… », regrette Joël Bugnone. Et il ajoute : « depuis le temps que ça dure, la mobilisation des gens qui perdent cinquante jours de salaire, ce n’est pas pour rien ! » Alors que des « solutions sont possibles, estime Dominique Larduinat, délégué syndical CGT à Aubigny-sur-Nère, il suffit que la Poste ait la volonté de mettre fin au conflit au profit des facteurs et du service public et là, elle ne sera pas perdante du tout. »

Advertisements

Une réponse à “Aubigny-sur-Nère : cinquante et unième jour de grève à La Poste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s