La lutte des intermittents s’invite au Festival’Hyères

Var Matin, 5 août 2014 :

Discrets depuis le début de l’été, les intermittents varois en colère ont choisi de s’adresser au public ce soir, avant le concert de reggae à l’hippodrome d’Hyères.

Quel est le point commun entre le concert de Stromae au Gaou le 22 juillet dernier et celui des Gladiators, ce mardi soir, à l’hippodrome de Hyères ? Outre que ces artistes ont (ou vont) enflammé (er) le public du département, ce sont deux des rendez-vous musicaux qui ont été choisis par les intermittents du spectacle varois – avec l’accord des organisateurs – pour faire entendre leur voix. Et leur colère.

En cause, toujours : la nouvelle convention d’assurance chômage entrée en vigueur le 1er juillet et contre laquelle se battent les intermittents depuis plusieurs mois maintenant.

Et ce, partout en France. « Dans le Var, ça bouge peut-être moins qu’ailleurs, mais on n’entend pas non plus se laisser faire », explique Anthony, l’un des Toulonnais qui compte monter sur scène ce soir.

Pas d’annulations prévues… en août

Malgré 1 000 personnes inscrites sous ce régime dans le Var, le « manque de grands festivals » et/ou « les risques pris par les contestataires vis-à-vis de leurs employeurs », expliquent peut-être la relative discrétion du mouvement local. Il n’existe d’ailleurs pas de collectif à proprement parler. Mais ils sont quand même plusieurs dizaines à avoir ainsi décidé de « défendre et médiatiser (leurs) droits ».

Sébastien est l’un d’eux. Micro en main, il tentera « d’expliquer qu’avec la mise en place de l’agrément signé par le gouvernement, le Medef et quelques syndicats (…), on assassine beaucoup de compagnies de spectacles vivants, artistes, techniciens, musiciens… »

Pour l’instant, aucune annulation de show ne s’est produite dans le département, à l’inverse de ce qui a pu se voir dans le pays. Et le grand concert de reggae tant attendu ce soir aura bien lieu. Mais les acteurs du mouvement laissent toujours planer la menace d’une grève pour plus tard.

« Si le gouvernement ne fait pas marche arrière, il pourrait y avoir des actions plus radicales à la rentrée », note Luc, machiniste au théâtre Liberté. « Ce ne serait pas de gaieté de cœur mais l’avenir du spectacle en France est en jeu. Et c’est aussi pour le public que nous nous battons. »

Rappelons que les intermittents contestent notamment le prolongement du délai de différé d’indemnisation (suspendu jusqu’à nouvel ordre, ndlr), l’augmentation des cotisations sociales et la baisse du plafond du cumul salaires/allocations prévus par la réforme.

Une réponse à “La lutte des intermittents s’invite au Festival’Hyères

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s