Niort – Le commando des intermittents se solde en blocus du Medef

Il n’y a pas qu’à Chalon-sur-Saône ou Avignon que les intermittents ont manifesté ce jeudi. Réunis à 11 h, place de la Brèche à Niort, une trentaine d’intermittents du spectacle avaient prévu un coup d’éclat surprise dans les locaux du Medef. Mais l’opération commando s’est éventée et sous la surveillance étroite des policiers, les manifestants ont finalement tenu un blocus de trois heures, avant de lever le camp, lorsque les forces de l’ordre ont évacué deux intermittents qui s’étaient introduits dans la cour du Medef, rue du Petit-Banc.

Les intermittents ont fait le siège pendant plus de trois heures devant les grilles du Medef.

Les intermittents ont fait le siège pendant plus de trois heures devant les grilles du Medef.

NR, 25/07/2014

Ils voulaient pique-niquer dans les locaux du Medef, hier. L’action commando d’une trentaine d’intermittents a fini en blocus de plus de trois heures.

Ils avaient pourtant pris soin de ne communiquer que par SMS ou de visu. Mais leur opération commando a fuité. Une trentaine d’intermittents du spectacle de Niort, Poitiers et La Rochelle s’étaient donné rendez-vous à 11 h, hier, place de la Brèche pour une action secrète. Mais ils ont rapidement su que leur barbecue intempestif dans les locaux du Medef avait fait long feu devant le comité d’accueil des policiers.

Ils ont eu beau essayer de jouer au chat et à la souris dans les rues du centre-ville, quand ces intermittents sont arrivés devant les locaux du Medef, rue du Petit-Banc, la police veillait et les grilles étaient fermées. Fin de l’opération commando ? C’était sans compter sur l’art de l’impro de ces intermittents réunis entre autres sous la bannière Synptac-CGT*. Deux ont escaladé la grille alors que le siège s’est organisé à l’extérieur.

Dialogue de sourds

Le dialogue de sourds a pu alors commencer. Dans la cour du Medef, Xavier Migeot, délégué général du mouvement patronal en Deux-Sèvres. De l’autre côté, une distribution de tracs, des conciliabules au pied levé et pour finir, un barbecue devant les grilles. Arrivés vers midi, les manifestants ont levé le camp vers 15 h 15, lorsque les policiers ont organisé la sortie des deux intermittents qui avaient escaladé les grilles et étaient restés confinés dans la cour du Medef tout ce temps.
Au final, aucune rencontre. « Pas dans ces conditions », s’est opposé Xavier Migeot, en consentant à un rendez-vous lundi prochain d’abord, puis hier à 17 h. Chacun a campé sur ses positions. Le collectif unitaire Poitou-Charentes des intermittents voulait être reçu tout de suite, pour expliquer au Medef combien l’accord de l’Unedic « met à mal l’ensemble des chômeurs et des travailleurs ». Ou encore que « 70 % des intérimaires vont voir leur revenu baisser en moyenne de 200 € par mois ; 47 % des intermittent du spectacle vont subir un différé d’indemnisation pouvant atteindre 1 ou 2 mois ».

Alors que les intermittents manifestaient sur les festivals de Chalon et Avignon hier, leurs collègues du Poitou-Charentes voulaient aussi marquer le coup, pendant la concertation nationale sur l’assurance chômage qui doit rendre ses conclusions en décembre. « Ici, 70 % des intermittents qui cotisent ne touchent aucune indemnité chômage », entendait-on. Avec un argument qui aurait pu être vu par les patrons s’ils avaient ouvert les grilles : « La culture rapporte 7 fois plus au PIB que l’industrie automobile », lisait-on sur ce petit carton qui a fini par servir à allumer le barbecue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s