Archives quotidiennes : 03/07/2014

SNCF : ça sufit !

Réponse au clip anti-grévistes de la direction de la SNCF :

Publicités

Les employés des filiales tunisiennes de Latécoère en grève les 16 et 17 juillet

Business News, 3 juillet 2014 :

Une grève a été décrétée par l’Union régionale des travailleurs tunisiens de Ben Arous les 16 et 17 juillet courants dans la société française Latécoère qui travaille pour le compte d’Airbus.

Dans un communiqué daté du 2 juillet, le syndicat explique cette grève par le maintien de la direction générale de Latécoère de sa décision de non réhabilitation de 4 employées (2 ouvrières et 2 syndicalistes) licenciées par LATelec Fouchana, filiale de Latécoère, ainsi que par la détérioration du climat social dans l’entreprise.

Lire la suite

Maroc : neuf diplômés-chômeurs prisonniers en grève de la faim

Afrik.com, 3 juillet 2014 :

Des prisonniers marocains ont entamé une grève de la faim illimitée afin de protester contre leur détention provisoire qui dure depuis trois mois.

Le cas des diplômés-chômeurs au Maroc ne cesse de défrayer la chronique. La polémique tourne cette fois autour de neuf diplômés-chômeurs qui ont décidé d’observer une grève de la faim afin de manifester leur colère contre leur détention provisoire qui dure depuis trois mois. Ces derniers ont été interpellés le 3 avril dernier, lors d’une manifestation devant la gare centrale de Rabat.

Lire la suite

Les salariés de DHL cessent le travail

Le Parisien, 3 juillet 2014 :

Élancourt : Les 59 employés de la société DHL, groupe spécialisé en transport et logistique, étaient tous en grève hier pour protester contre le plan de la direction prévoyant leur licenciement en septembre prochain.

La grève se poursuit chez EDF Luminus et s’étend même en Flandre

RTBF, 3 juillet 2014 :

Réunis en assemblée générale à Liège et à Hasselt, les travailleurs ont décidé de maintenir la pression sur la direction, qui se dit prête à négocier.

La grogne vient du licenciement d’un membre du personnel, sans raison valable, disent ses collègues. « Nous voulons des garanties pour l’avenir, insistent les syndicats, pour éviter que demain des travailleurs puissent être mis à la porte du jour au lendemain ».

Lire la suite