Fralib : quand la lutte paie !

Info Lutte n°11 (FERC-CGT), 11 juin 2014 :

Après 3 ans et demi de face à face entre les 182 salarié-e-s de l’usine à thés et tisanes « Eléphants » Fralib et la multinationale anglo-néerlandaise Unilever, un protocole d’accord vient d’être signé qui ouvre de réelles perspectives de construction d’une Scop, selon les représentants CGT, et constitue une victoire de grande portée. Après quelque 1 336 jours de grève, les salarié-e-s en lutte de Fralib vont en effet toucher un total de 19,1 millions d’euros pour monter leur Scop TI (Thés et Infusions) et bénéficieront du soutien d’Unilever pour la recherche de débouchés commerciaux.

Sans jamais baisser la tête, malgré le chantage et les menaces, les salarié-e-s en lutte ont refusé les offres de primes de licenciement que leur faisait Unilever (proposition individuelle de 90 000 € à 76 salarié-es). A l’issue du conflit, Gérard aura cette réponse : « On ne s’est jamais battu pour l’argent mais pour l’emploi. Ce qu’on a obtenu en fin de compte c’est juste notre dû. On l’a obtenu non pas en allant signer seul en catimini un papier au coin d’un bureau, mais par la lutte collective en toute dignité ».

Quelques éléments chiffrés : la lutte a donc arraché à UNILEVER près de 20 millions d’euros !
Dans cette somme on peut citer entre autres :
– 500 000€ pour la formation des ouvrier-ère-s,
– 150 000€ pour la commercialisation,
– 1,5 million€ pour le fonds de roulement,
– 100 000€ pour chaque salarié-e en plus des indemnités légales.

Et bien sûr la reconnaissance que l’usine appartient aux salarié-e-s, ce que rappelle la déclaration des FRALIB. Le bilan de cette phase du combat de plus de 3 ans et demi confirme que seule l’action paie. Et les résultats sont là !

– Appropriation publique des terrains et bâtiments,
– Appropriation publique à l’euro symbolique des installations administratives et industrielles du site pour transfert à la SCOP des salarié-e-s,
– Soutien financier au démarrage et au développement du plan alternatif des salarié-e-s en sécurisant les acquis obtenus et en ouvrant des perspectives sérieuses notamment par :
Ø diverses mesures contribuant au développement commercial (Il s’agit notamment de la recherche de débouchés de production, la construction d’une marque, le renforcement de l’appareil commercial et administratif, une étude de marché),
Ø une contribution conséquente au fonds de roulement,
Ø le financement d’une formation pour les salarié-e-s de la SCOP,
Ø la participation à la remise en état, au développement, à la modernisation et à la diversification de l’outil de travail,
Ø le maintien des institutions représentatives du personnel pendant une période suffisante permettant la maîtrise du dossier jusqu’à la création officielle de la SCOP,
Ø l’obtention d’une prime substantielle de préjudice pour chaque salarié-e en lutte venant s’ajouter aux indemnités légales,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s