Roanne : « La trêve hivernale terminée, la guerre aux pauvres reprend »

Appel du Collectif roannais « Un toit pour tous« : « La trêve hivernale terminée, la guerre aux pauvres reprend »

Depuis la fin de la « trêve » hivernale, à Roanne, comme ailleurs en France, des personnes, seules ou en famille, françaises ou étrangères, toutes bel et bien humaines, se sont retrouvées « à la rue » : expulsées ! Quand des milliers de travailleurs sont expulsés de leur travail et que d’autres sont expulsés, selon la même logique, au-delà des frontières, des centaines le sont de leur logement que leur maigre revenu ne leur permet plus de payer. D’autres sont expulsés de foyers, de salles de sport, de lieux impersonnels, de lits de camp inconfortables, etc., etc. Sans plus aucun endroit pour déposer leurs affaires, pour se laver, pour se reposer, faire leurs devoirs scolaires, être au chaud, en sécurité, etc. Tout ce qu’on peut faire quand on a au moins quatre murs et un toit.

Face à cette situation inhumaine, des personnes vivant à Roanne, mais « sans-abri », soutenu par le collectif « un toit pour tous », ont trouvé refuge dans un lieu public vide de Roanne. Un endroit VIDE, dans une ville qui compte plus de 4000 logements VIDES et laissés à l’abandon ! L’ancienne Maire de Roanne est partie en guerre et a porté plainte afin que ces enfants et leurs parents retournent errer et dormir dehors ; plainte reprise avec empressement par son remplaçant – nous cherchons encore ce qui les oppose, à part les couleurs pâlies de leur drapeau. Il y a donc eu un jugement. Et la Justice a tranché en donnant RAISON à ces familles (…)

(…), qui pourront rester quelques semaines le temps de souffler un peu, de « se retourner » ; rien de très extraordinaire. Décision que Monsieur Nicolin (avocat ?) ne comprend visiblement pas, se permettant de remettre en cause une décision de justice et d’aller dans ce lieu réquisitionné sans autorisation. Comme il ne comprend pas que l’on puisse être pauvre, avec son double salaire de député et de maire. Comme il trouve inadmissible qu’un lieu public soit investi par des familles qui n’ont pas où dormir, alors qu’il devrait être davantage inacceptable que des gens dorment à la rue. Bien trop occupé qu’il est à s’interroger sur le sens de circulation des rues.

Le collectif roannais, un « toit pour tous », comme il en existe partout en France, soutient politiquement, humainement et matériellement cette démarche. Depuis le mois de mai dernier, nous dénonçons la politique de l’Etat français envers les pauvres, français ou étrangers. Nous dénonçons un Etat qui ne respecte même pas ses lois, n’appliquant pas la loi d’hébergement inconditionnel. Aussi, en menant une politique d’austérité, le gouvernement Valls-Hollande-Gattaz (comme avant lui Sarkozy et les autres) détruit toujours plus les droits sociaux de toutes les personnes vivant en France. Nous luttons pour que TOUT LE MONDE ait un toit, droit social fondamental pour tout être humain. Et nous combattons les entreprises de stigmatisation envers les pauvres et les étrangers, accusés d’abuser et de profiter du système de solidarité. Les pauvres n’abusent de rien, car rien c’est tout ce qu’il nous reste ! Certains profitent en effet du système mais ce ne sont pas ceux qui font la queue aux resto du cœur l’hiver, ce ne sont pas ceux qui ont du mal à se soigner, ce ne sont pas ceux à qui les préfectures osent à peine ouvrir un gymnase pour dormir. Ce sont ceux qui, sans cesse, augmentent leurs bénéfices et les dividendes de leurs actionnaires, ceux qui ont les yeux rivés sur le cours de la bourse, ce sont ceux qui n’ont jamais été aussi riches alors que les autres n’ont jamais été aussi pauvres.

Tous les travailleurs et les pauvres vivant en France sont attaqués par ces politiques antisociales qui tentent de soutenir une économie capitaliste aux abois ; Même ceux qui se croient encore forts, résistants et capables d’affronter cette société qui entraîne chacun-e d’entre nous dans une compétition et une lutte individuelle pour notre survie. Au contraire, nous pensons que dans cette situation ils faut (re)créer des solidarités et être forts ensemble, pas divisés. Les pauvres ne doivent pas mépriser les pauvres ; c’est ce système qu’il faut mépriser !

Nous dénonçons :

– la campagne de désinformation menée par le Maire de Roanne ;
– le non respect de la décision de justice par le Maire et la police, qui est entré dans le lieu réquisitionné par les familles sans aucune autorisation légale;
– toute stigmatisation et criminalisation des étrangers, des pauvres et des sans-abris – comme l’arrêté municipal anti-mendicité que le maire de Roanne appelle de ses vœux.

Plus largement nous dénonçons le plan d’austérité et les politiques antisociale et anti-immigré, qui remettent toujours plus en cause nos droits sociaux et nous dressent les un-e-s contre les autres !

Halte à la guerre aux pauvres, aux travailleurs et aux étrangers !

Une attaque contre un est une attaque contre tous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s