L’usine aveyronnaise de SAM Technologies bloquée par ses salariés

Touleco, 21 mai 2014 :

Depuis ce mardi 20 mai, les salariés en grève de SAM Technologies, à Viviez dans l’Aveyron, bloquent les entrées de leur usine de production de pièces automobiles. Ils contestent le plan de compétitivité de leur direction et revendiquent de meilleures conditions de travail.

Votée en assemblée générale, la grève a commencé ce mardi 20 mai à 15 heures. Emmenés par la CGT, les salariés de SAM Technologies, filiale de l’équipementier automobile français Arche qui produit principalement des carters et des supports moteur, bloquent toujours les entrées de l’usine avec des feux de pneus et de palettes. Aucune production n’entre ni ne sort du site aveyronnais qui emploie actuellement 450 salariés et 80 intérimaires et réalise 65% de son chiffre d’affaires avec Renault.

Les salariés, mobilisés à 90% selon la CGT, soutiennent toute une série de revendications. A commencer par le refus d’un plan de compétitivité que leur a soumis leur direction. « Cela fait dix-huit mois que le climat social est détestable à cause du chantage de la direction qui veut nous faire signer un plan de compétitivité et nous demande de travailler plus, gratuitement, avec une remise en cause de certains acquis sociaux. Ce plan, qui se traduit par huit jours de travail supplémentaires par an pour les équipes du matin et de l’après-midi, quinze pour les postes de nuit, sans augmentation de salaire, a été rejeté à deux reprises par les salariés », explique Gislaine Gistau, secrétaire de la CGT et membre du comité d’entreprise de SAM Technologies.

« Des machines souvent en panne »

Au-delà de ce plan, « injustifié » pour la CGT qui affirme que depuis plus de vingt ans, l’usine aveyronnaise est le seul site de production français du groupe Arche à avoir dégagé en permanence des bénéfices, à hauteur de 1,17 million d’euros pour l’année 2013, le personnel de SAM Technologies réclame de meilleures conditions de travail. « Nous avons du mal à remplir les objectifs fixés par notre carnet de commandes et à livrer nos clients dans les temps. Et pour cause, nous manquons d’effectifs, notre organisation est défaillante et nos machines tombent fréquemment en panne. Mais avant de nous demander de travailler plus, qu’on nous donne la possibilité de travailler huit heures par jour », s’indigne la syndicaliste.

Alors que la préfecture de l’Aveyron a proposé la nomination d’un médiateur, les syndicalistes réclament une « table-ronde » avec un représentant du ministère du Redressement productif et pas seulement avec les services locaux de l’Etat pour « sortir du face-à-face avec la direction ». La direction de SAM Technologies s’est refusée à tout commentaire pour ne pas risquer de compromettre un rapide « déblocage ».

En marge de la question des négociations salariales qui ont été repoussées par la direction au 12 juin, provoquant le « ras-le-bol » du personnel, les salariés s’inquiètent de l’avenir de leur site à plus ou moins long terme après l’annonce par le groupe Arche d’une internationalisation de sa production.

L’équipementier automobile qui fabriquait jusqu’à présent toutes ses pièces en France et en Espagne a officialisé un accord de partenariat avec le groupe turc Kirpart pour sous-traiter une partie de ses nouveaux contrats. Et négocie un partenariat similaire avec un groupe sud-coréen pour accéder aux marchés asiatiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s