Archives quotidiennes : 21/05/2014

L’usine aveyronnaise de SAM Technologies bloquée par ses salariés

Touleco, 21 mai 2014 :

Depuis ce mardi 20 mai, les salariés en grève de SAM Technologies, à Viviez dans l’Aveyron, bloquent les entrées de leur usine de production de pièces automobiles. Ils contestent le plan de compétitivité de leur direction et revendiquent de meilleures conditions de travail.

Votée en assemblée générale, la grève a commencé ce mardi 20 mai à 15 heures. Emmenés par la CGT, les salariés de SAM Technologies, filiale de l’équipementier automobile français Arche qui produit principalement des carters et des supports moteur, bloquent toujours les entrées de l’usine avec des feux de pneus et de palettes. Aucune production n’entre ni ne sort du site aveyronnais qui emploie actuellement 450 salariés et 80 intérimaires et réalise 65% de son chiffre d’affaires avec Renault.

Lire la suite

Publicités

Huitième jour de grève pour les salariés de SEAV à La Seyne

Var Matin, 21 mai 2014 :

Une majorité des 33 salariés de Sud-Est Assainissement du Var (SEAV), filiale de Véolia), sont en grève depuis mercredi dernier.

Ils dénoncent des « conditions de travail dégradées » et un « climat social délétère ». En outre, ils demandent des augmentations de salaires afin d’être alignés sur les paies de leurs collègues du site de Nice, avec qui ils présentent des écarts de 100 à 350 euros bruts par mois, selon la CGT qui soutient le mouvement.

Lire la suite

Manifestation intersyndicale contre les fermetures de lycées en Franche-Comté

Appel de l’intersyndicale CGT, FSU, FO et SUD de l’éducation et des territoriaux  à venir manifester et soutenir les personnels des lycées en grève pour défendre le service public.

IntersyndLes organisations syndicales FO, CGT, FSU et SUD appellent l’ensemble de la population à venir manifester et soutenir les personnels des lycées en grève pour défendre le service public :

le jeudi 22 mai 2014 à 14 H 30 à Besançon
(Direction de la formation tout au long de la vie –
4 place des Nations/Boulevard Allende)

Télécharger le tract en PDF : L’intersyndicale FO CGT FSU SUD appellent 22 mai 2014

Des syndicalistes en garde-à-vue

Communiqué de la Fédération SUD-PTT, 21 mai 2014 :

Aujourd’hui 21 mai 2014, des militants de SUD PTT 92 ont été mis en garde à vue suite à la grève dans le département des Hauts-de-Seine qui dure depuis plus de trois mois.

repp1

Ils dénoncent les emplois jetables, alternants, stagiaires et contrats pro auxquels les directions de La Poste ont largement recours. Emplois largement subventionnés dont profite La Poste, malgré ses larges bénéfices en 2013 (650 M€).

Lire la suite

Téhéran : Des jeunes arrêtés pour avoir dancé sur une vidéo

Le 20 mai, on a appris que sept à huit jeunes ont été arrêté(e)s à Téhéran pour avoir commis le « crime » de s’être fait filmés en dansant sur le tube « Happy » de Pharrell William.

Sur la vidéo, trois jeunes hommes et trois jeunes femmes sans voile dansent, une vidéo qui a été vu plus de 30.000 fois avant d’être mise hors ligne.

Selon Hossein Sajedinia, chef de la police de Téhéran, « après qu’un clip vulgaire qui choque la chasteté public ait été publié sur internet, la police a décidé d’identifié ceux qui y ont participé. »

Lire la suite

Grève chez Caddie à Drusenheim

20 Minutes, 21 mai 2014 :

Deux ans après la reprise par Altia du fabricant de chariots Caddie, à la suite d’une procédure de redressement judiciaire, les salariés de l’entreprise de Drusenheim se sont mis en grève mardi.

A l’appel des syndicats CGT, FO, CFTC, CFDT et CFE-CGC, estimant être « au bord de la cessation de paiement » et craignant pour la survie du site, le mouvement a été suivi par 90 % du personnel (pour un effectif de 400 personnes), selon la CGT, qui a appelé à une manifestation dans les rues de Drusenheim.

Montauban : Sept salariés de Nutribio menacés de licenciement

La Dépêche, 21 mai 2014 :

Le 27 mars dernier, 45 salariés de Nutribio, sous la bannière de la CGT se mettaient en grève et bloquaient l’accès de l’usine. Onze jours plus tard, les grévistes reprenaient le chemin de l’usine, sans avoir obtenu gain de cause. Depuis, la vie avait repris son cours à l’usine et le conflit semblait être apaisé, mais la direction décidait de remettre de l’huile sur le feu, le 12 mai, en mettant à pied à titre conservatoire, 7 salariés de Nutribio.

Hier, Aurore, Fabien, Philippe, Jérôme, Christophe, Julien et Evguenii étaient donc convoqués par la direction pour un entretien préalable à un licenciement pour faute grave. Un coup bas et une mesure jugée injuste par les salariés concernés, (quatre syndiqués et trois élus CGT) et par l’ensemble des salariés grévistes, qui condamnent la procédure employée par Nutribio et dénoncent la régression sociale.

Lire la suite