Comines : Trans Val de Lys, la grève des chauffeurs de bus se poursuit au moins jusqu’à lundi

Pas de miracle vendredi lors d’une réunion qui s’est terminée très tardivement. Malgré des avancées de la direction et des partenaires sociaux, on semble encore loin du compte. La grève des chauffeurs de bus se poursuit au moins jusqu’à lundi.

La résistance s’organise au piquet de grève. Avec deux anciens cuisiniers reconvertis, les grévistes ont de quoi se restaurer.

La résistance s’organise au piquet de grève. Avec deux anciens cuisiniers reconvertis, les grévistes ont de quoi se restaurer.

Plusieurs heures de négociations vendredi entre la direction (dont un représentant de Kéolis venu de Paris) et les représentants de l’intersyndicale UNSA-FO. Mais il n’y aura pas d’accord. Cette réunion a permis « une remise à plat de tout ce qui s’est produit », note Angelo, délégué UNSA. Et d’aborder un des problèmes majeurs des chauffeurs, ces heures d’attente non payées entre deux services. « Ce sont des heures perdues, peu valorisées, reconnaît le directeur Gérard Pavée. On s’est tous engagé à œuvrer pour améliorer ces services ». Avec l’objectif d’une mise en place pour janvier 2015. Le délégué syndical, lui, évoque la mise en place d’un nouveau logiciel, venu de chez Transpole, « Astuce ». « On demande à voir, mais si cela permet d’améliorer les conditions de travail… ».

Taux horaire et prime accident

Mais c’est bien du côté des revendications salariales que les deux parties n’arrivent pas à accorder leurs violons. Les syndicats sont venus avec une nouvelle proposition, 4,5 % d’augmentation du taux horaire. Tout en revendiquant le paiement des coupures. Le directeur qui salue ce geste, estime que l’on est dans des revendications « qui mettraient la boîte dans le rouge », avec une hausse de la masse salariale de 12 %, soit environ 1 million d’euros. La direction a proposé une hausse de 1,13 %.

Une prime accident a aussi été discutée. La société enregistre 25 à 30 accidents par mois, soit environ 400 000 € de réparation annuelle. L’objectif est de baisser de moitié ces accidents et de reverser les économies sous forme de prime trimestrielle, si les objectifs sont atteints. Cela pourrait aller jusqu’à 115 € par trimestre. Irrecevable pour les syndicats et la base que l’on a vus, toujours aussi remonté ce samedi, au dépôt de Comines.

La rencontre avec Gérald Darmanin, vice-président LMCU aux transports a permis de redire le malaise au sein de la société et le sentiment de faire le même boulot que les salariés de Transpole sans en avoir le salaire. « On espère qu’ils pourront user de leur influence auprès de la direction ». Pour que le service public soit garanti. Ce qui ne sera toujours pas le cas lundi. Aujourd’hui, les dépôts sont fermés pour permettre aux chauffeurs qui roulent de se reposer. L’occasion aussi pour les grévistes de reprendre des forces.

http://www.lavoixdunord.fr/region/comines-trans-val-de-lys-la-greve-des-chauffeurs-de-bus-ia26b58804n2142674

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s