Archives quotidiennes : 17/05/2014

Départ de la marche pour la liberté vers Bruxelles

Ce 17 mai, la marche des réfugiés et sans-papiers est partie de Berlin en direction de Bruxelles.

Vidéo : appel à la marche

Lire la suite

Publicités

Marche de Strasbourg à Bruxelles

Rue 89, 17 mai 2014 :

Dimanche 18 mai, 150 migrants et militants se réuniront à Strasbourg. Puis, pendant trois jours, des animations et des actions auront lieu à Strasbourg pour alerter sur le sort des migrants dans l’Union Européenne. Le groupe prendra ensuite la route du 20 mai au 10 juin pour rejoindre le parlement de Bruxelles. Voici le détail de ces manifestations.

Freedommarch

Le dimanche 18 mai, à 10h30, la gare de Kehl accueillera environ 150 migrants pour la marche européenne de Strasbourg à Bruxelles. Elle permettra de joindre les deux parlements européens, deux instances symboliques pour la politique migratoire européenne. Cette action a pour objectif de dénoncer les conditions d’accueil, de détention et de régularisation des migrants européens. La marche pour la liberté avait déjà été organisée dans le sens inverse en 2012. Mais, pour un de ses organisateurs, le collectif n’a pas été entendu :

« Il n’y a pas eu de suite favorable à nos revendications. La politique migratoire est même de plus en plus dure. Il y a deux jours à peine, un bateau transportant 400 migrants a chaviré au large de l’île italienne Lampedusa. Le bilan est de 14 morts pour le moment. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés face à de tels incidents. »

Lire la suite

Deuil et colère à Kadıköy (Istanbul)

Dans la soirée du 16 mai, les habitants du quartier de Kadıköy (Istanbul) ont exprimé leur deuil et leur colère suite au massacre de Soma où près de 300 mineurs ont trouvé la mort. Les forces de répression sont intervenues pour disperser la population qui a résisté à l’agression policière.

Lire la suite

Soma : « Ce n’est pas un coup du destin, c’est un meurtre »

Le Devoir, 17 mai 2014 :

«Nous avons le droit de manifester… Cette tragédie est devenue politique ». Les larmes aux yeux, Saadet Yilmaz ne comprend pas la violence policière à Soma, où plus de 300 mineurs sont morts dans une explosion due, selon de nombreux Turcs, à l’incurie du gouvernement.

« Nous voulons que le gouvernement soit honnête, qu’il nous dise combien de personnes étaient dans la mine, combien sont mortes ? », s’époumone Saadet, 52 ans, venue avec sa mère âgée pour manifester « sa peine et sa colère ».

Dans la principale avenue de cette ville de 100 000 habitants, une dizaine de milliers de manifestants crient à l’unisson, le poing levé, les yeux embués pour certains : « Soma ne dors pas, n’oublie pas tes mineurs ».

Lire la suite

Réponse d’Erdogan aux proches des mineurs : violences et insultes

20 Minutes, 16 mai 2014 :

«Où vas-tu espèce de sperme d’Israël, viens par ici!», crie le chef du gouvernement turc dans une vidéo publiée sur le site internet des journaux d’opposition, dont Sözcü, lorsqu’un manifestant le critique apparemment pour sa gestion de la catastrophe qui a tué près de 300 personnes dans une mine de charbon à Soma, ville de l’ouest de la Turquie. Selon les images, le chef du gouvernement, entouré de nombreux gardes du corps entre dans une supérette de Soma, non loin de la mine, à la porte de laquelle il s’acharne les bras tendus contre une personne non identifiée parmi d’autres habitants, en lui lançant cette diatribe et le tenant par le cou, la scène se déroulant dans une bousculade.

Il n’apparaît pas clairement sur les images si M. Erdogan, hué et pris à partie par des habitants en colère à Soma, gifle ou frappe le manifestant, comme l’affirment ses détracteurs. Le porte-parole de son parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur), Hüseyin Celik, a démenti vendredi devant la presse à Ankara une telle agression physique tout en évitant de répondre en détail aux questions insistantes des journalistes.

Lire la suite

Turquie : la police réprime une manifestation à Soma

France 24, 17 mai 2014 :

La police a violemment dispersé, vendredi, une manifestation de plusieurs milliers d’habitants remontés de Soma, ville minière où s’est produit le drame. Au moins cinq manifestants ont été blessés.

Alors que la police turque a réprimé vendredi une nouvelle manifestation sur les lieux du drame minier de Soma, un incendie s’est déclaré samedi matin empêchant les sauveteurs de venir en aide aux trois mineurs toujours prisonniers.

Lire la suite

Afrique du Sud: Situation explosive dans les mines de platine de Marikana

Pressafrik, 16 mai 2014 :

En Afrique du Sud, c’est le quatrième mois de grève dans l’industrie du platine. Dans ces mines qui se trouvent au nord-ouest de Johannesburg, plus de 70 000 mineurs ont cessé le travail en janvier dernier. Le syndicat qui a appelé à la grève, AMCU, l’Association des mineurs et ouvriers du bâtiment, demande un salaire de base de 860 euros, soit le double du salaire actuel. Les grévistes refusent de reprendre le travail tant que ces revendications ne seront pas satisfaites. En face, les producteurs estiment que ces demandes sont irréalistes. Cette semaine, les producteurs ont tenté de rouvrir les mines, sans passer par les syndicats. La situation était très tendue. Décryptage.

Où en sont les négociations entre le syndicat et les propriétaires des mines ?

Après des mois de rencontres entre le syndicat Amcu et les producteurs de platine, les négociations ont échoué, il y a de cela quelques semaines. Les compagnies minières accusent le syndicat de rejeter en bloc toutes propositions, de ne pas consulter les mineurs, et surtout d’empêcher les non grévistes de revenir au travail. Les compagnies ont donc décidé de contacter directement les mineurs pour leur proposer une nouvelle offre salariale. Cela c’est fait principalement par SMS. Elles ont envoyé des messages à tous leurs employés leur demandant de reprendre le travail.

Lire la suite