Archives mensuelles : mai 2014

« Pas de bière pour les nazis » en Allemagne

A chaque fois que les néo-nazis du NPD ou d’autres groupes d’extrême-droite tentent de montrer le bout de leur nez, la population d’Allemagne réagit en manifestant contre leur présence et contre le racisme. Un exemple de ce rejet des idées racistes et néo-fascistes par la population d’Allemagne est la campagne « pas de bière pour les nazis ». Que ce soit à l’occasion d’un rassemblement d’extrême-droite ou de façon permanente, de plus en plus de bars, brasseries et autres cafés d’Allemagne indiquent qu’ici on ne sert pas les nazis et les racistes.

– Bamberg (ville de Haute-Franconie connue pour ses bières délicieuses dont la célèbre bière fumée) :

Dans une brasserie à Bamberg : "Pas de bière pour les nazis"

Dans une brasserie à Bamberg : « Pas de bière pour les nazis »

Bamberg

« Pas de bière pour les nazis »

Lire la suite

Publicités

Chine : les ouvrier d’IBM en grève

Les Echos, 31 mai 2014 :

Depuis le début de la semaine, plus de mille ouvriers d’une usine IBM de Shenzhen qui doit bientôt être reprise par le groupe chinois Lenovo sont en grève.

Depuis le début de la semaine, plus de mille ouvriers d’une usine IBM de Shenzhen qui doit bientôt être reprise par le groupe chinois Lenovo sont en grève. Une grève manifestement très suivie, selon des informations qui circulent sur les réseaux sociaux chinois. Les salariés d’IBM refusent les conditions de la transition : il leur est promis un maintien de leur salaire s’ils restent, ou une compensation de 6.000 yuans (720 euros) s’ils font le choix de partir. Ces derniers jugent non seulement la compensation trop faible, mais doutent aussi de la réalité des engagements financiers promis par Lenovo à ceux qui restent . Lenovo a annoncé, en février, le rachat d’une partie de l’activité de serveurs d’IBM, après avoir repris la division PC du géant américain en 2005 . Ce conflit social s’inscrit dans une tendance très nette depuis cinq ans en Chine. Selon « China Labor Bulletin », il y aurait eu 656 « incidents de travail » l’année dernière en Chine, contre 382 en 2012.

La grève continue à Buffalo Grill

Communiqué CGT et Force Ouvrière, 30 mai 2014 :

A l’appel de l’intersyndicale CGT et FORCE OUVRIERE, les salariés des restaurants BUFFALO GRILL seront à nouveau en grève le samedi 31 mai prochain.

Après le succès retentissant de la première journée de grève le 25 mai dernier et faute d’ouverture de négociations, les salariés des restaurants BUFFALO GRILL ont décidé de reconduire le mouvement national de grève qui a paralysé une cinquantaine de restaurants la semaine dernière.

Lire la suite

Les indemnités des prud’hommes dans l’escarcelle de Pôle Emploi

Libération, 26 mai 2014 :

Selon la nouvelle convention Unedic, les chômeurs ayant gagné un procès pour licenciement abusif devront rendre jusqu’à 16 200 euros de dommages et intérêts.

C’est un tour de passe-passe qui doit réjouir le Medef. Alors que la nouvelle convention d’assurance chômage, signée le 14 mai par le patronat et trois syndicats (CFDT, CFTC et FO), doit être agréée dans les jours qui viennent par le gouvernement, le Syndicat des avocats de France (SAF) vient de soulever un loup qui pourrait faire chuter dangereusement, en matière de licenciements, les recours devant les prud’hommes.

Lire la suite

Anniversaire de Gezi en Turquie : journée de manifestations

RFI, 31 mai 2014 :

Un an après la contestation autour du parc de Gezi qui avait duré des semaines et essaimé dans tout le pays – faisant une dizaine de morts et des milliers de blessés dans la répression policière – les opposants au Premier ministre turc ont appelé à se rassembler samedi 31 mai pour l’anniversaire de ce soulèvement, resté très populaire.

Cette manifestation risque de se dérouler dans de vives tensions. Hier, vendredi, une manifestante est décédée après plus de cinq mois de coma causé par l’inhalation de gaz lacrymogènes lors d’une manifestation. Le gouverneur d’Istanbul a promis d’interdire tout rassemblement à Gezi ou sur la place de Taksim toute proche et 25 000 policiers sont mobilisés ainsi que 50 camions équipés de canons à eau. Ce dispositif exceptionnel, comparable aux mesures pour empêcher les rassemblements du 1er mai dernier, a été mis en place pour prévenir toute présence dans le parc de Gezi, ce week-end.

Lire la suite

Salariés en grève chez Polycasa

Le Journal de Saône-et-Loire, 31 mai 2014 :

À Saint-Eusèbe, les salariés de l’entreprise Polycasa, spécialisée dans la fabrication de plaques en plastique, craignent pour leurs emplois. Ils redoutent l’annonce prochaine de la fermeture du site.

De vendredi matin à 5 heures jusqu’à ce matin à la même heure, une partie des 38 salariés de l’entreprise Polycasa (division du groupe Quinn plastics) a fait grève pour 24 heures et occupé les grilles de l’usine, située à l’entrée de la zone d’activités du Monay à Saint-Eusèbe. Suite à la nomination d’un nouveau directeur général le 2 mai, ils redoutent la fermeture de leur site ouvert en 2005 et spécialisé dans la production de plaques et éléments en polycarbonate alvéolaire (couvertures de vérandas, abris de piscine, serres, murs antibruit…). En début de semaine, la convocation des délégués syndicaux à un comité d’entreprise extraordinaire prévu lundi prochain est venue attiser leurs craintes. « Nous avons une très grosse suspicion sur le transfert prochain de l’activité du site sur l’usine de l’est de l’Allemagne », indiquent Fabrizio Mastroianni, délégué syndical CGT et Françoise Boxberger, représentante CFDT.

Lire la suite

Manifestation lors de la visite de François Hollande à Rodez

Un important cordon de police a été mis en place sur l’avenue menant au musée pour faire barrage aux manifestants, des intermittents et précaires, des agriculteurs et des métallurgistes. Les manifestants se chiffraient eux-mêmes à 200 ou 300 personnes. Les intermittents protestent contre la réforme de leur régime d’assurance chômage. « Les gaz lacrymogènes de ce matin montrent que le gouvernement est complètement sourd à nos revendications », a estimé un manifestant, cité par l’AFP.

Après avoir été refoulés par les gaz lacrymogènes, les intermittents et précaires de Midi-Pyrénées ont convergé vers la préfecture pour demander la libération d’un des leurs arrêté dès les premières échauffourées avec les forces de l’ordre.