Oggaz : 52ème jour de grève de la faim des ouvriers licenciés de Lafarge

Le Temps d’Algérie, 29 avril 2014 :

Déterminés à continuer leur combat jusqu’à la satisfaction de leurs revendications socioprofessionnelles, les 15 ouvriers de la cimenterie Lafarge Algérie d’Oggaz à Mascara, licenciés depuis le 1er décembre dernier, entamaient hier leur 52e jour de grève de la faim.

La réintégration de tous les employés illégalement licenciés, le paiement de tous les salaires et primes depuis leur suspension à titre conservatoire le 28 novembre dernier et l’annulation de toutes les plaintes dont celles qui sont en appel, sont les principales doléances de ces employés.

Contacté au téléphone par nos soins, M. M. Aziz Semmach, porte-parole des grévistes, a tenu à nous dire que lui et des collègues «sont décidés à poursuivre leur action» pour faire valoir leurs droits.

«Nous n’allons pas nous taire pour cette injustice», a-t-il ajouté, affirmant : «Nous réitérons notre attachement à la satisfaction de nos revendications que nous considérons comme légitimes».

Par leur mouvement, ces travailleurs entendent arracher de leur employeur l’engagement à respecter les droits constitutionnels de ses ouvriers, notamment le droit syndical et la prise en charge médicale en cas d’éventuelles séquelles de la grève de la faim».

Par ailleurs, le porte-parole a fait savoir que les grévistes se sont scindés en deux groupes : l’un composé de sept personnes, en sit-in permanent devant l’usine de Mascara et l’autre de huit individus est rassemblé depuis lundi dernier devant le siège de la Direction générale de Lafarge à Bab Ezzouar (Alger).

«Nous avons dressé des tentes à proximité de la direction et nous passons nos nuits à la belle étoile et dans le froid du matin», a relevé notre interlocuteur.

M. Semmach a fait savoir également que le wali de Mascara a chargé une commission composée d’un directeur de l’emploi, d’un inspecteur du travail et d’un secrétaire de l’UGTA, de prendre attache avec des responsables de la cimenterie pour tenter de régler le conflit.

«Après leur intervention, les responsables de Lafarge nous ont demandé de décamper et de rentrer chez nous pour attendre un SMS contenant l’heure et le lieu de rendez-vous pour négocier individuellement», a-t-il expliqué, en affirmant qu’ils avaient refusé cette démarche.

Le porte-parole n’a pas manqué de faire référence au soutien du wali de Mascara qui s’est engagé dans une déclaration à la presse locale à ne pas abandonner les employés de la cimenterie d’Oggaz en grève de la faim.

420 employés licenciés
Pour rappel, 420 employés de la multinationale Lafarge Algérie ont été licenciés en novembre dernier. 15 d’entre eux ont entamé une grève de la faim depuis mars dernier pour «des accusations à tort» dont ils ont été victimes.

La direction de Lafarge Algérie a porté plainte en novembre et décembre derniers contre ses employés «pour actes délictueux graves, consistant notamment en un blocage du site industriel par l’usage de la violence, la molestation de cadres présents et des dégradations matérielles substantielles de l’installation industrielle d’un site stratégique pour l’économie nationale».

Les employés en grève de la faim ont réfuté ces accusations en précisant que «la justice nous a innocentés dans le pénal pour entrave à la liberté du travail. Nous n’avons jamais utilisé la violence physique contre des cadres de la société».

Ces fausses accusations ont été portées suite à leurs mouvements de protestation pour revendiquer leurs droits. Il y a lieu de noter que Lafarge est présent sur le marché national avec près de la moitié de la production nationale en produisant quelque 21 millions de tonnes de ciment par an.

Le cimentier français est propriétaire d’une chaîne de magasins spécialisés dans la vente de matériaux de construction (ciment, béton et plâtre).

Présent en Algérie depuis 2002, il est en position de force depuis le rachat d’opérations d’Orascom Cement en 2008. En Algérie, Lafarge compte 2600 collaborateurs, deux cimenteries et 22 centres de production de béton.

Financièrement, l’entreprise est en bonne santé, car en 2013, elle a connu une croissance des ventes de 8,9% (pour un total d’environ 600 millions d’euros).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s