1er Mai : Journée Internationale de lutte des travailleurs

Tract de l’Initiative Communiste-Ouvrière pour le 1er Mai 2014 :

1er Mai : Journée Internationale de lutte des travailleurs
Toutes et tous dans la rue !

Ce 1er Mai, comme chaque année, partout dans le monde, de New York à Moscou, d’Oslo à Pretoria, de Buenos Aires à Dacca, de Tokyo à Rabat, travailleuses et travailleurs descendront dans les rues pour leurs revendications, contre le chômage, les licenciements et les politiques d’austérité. Partout dans le monde, c’est un même combat, le combat de celles et ceux qui sont condamnés à la misère du chômage et à l’esclavage salarié, de celles et ceux qui n’ont pas d’autres moyens pour vivre que de vendre leur force de travail, contre une minorité de riches qui « possèdent » tous les moyens de production et s’engraissent grâce à notre travail.

1erMai2014

Les élections passent, les gouvernements changent, mais nos conditions de vie et de travail se dégradent de jour en jour.

Sarkozy ou Hollande, Ayrault ou Valls, c’est toujours la même politique, des milliards de cadeaux aux patrons et grands actionnaires, le gel voir la baisse de nos salaires, de nos allocations chômage ou de nos pensions de retraites, chaque jour de nouveaux plans de licenciements… Quelque soit le gouvernement, c’est toujours la dictature du patronat.

Quotidiennement, dans nos lieux de travail, devant les agences Pôle Emploi, dans nos quartiers et dans les rues, nous devons résister aux sales coups du patronat et de ses laquais politiques. Quoique nous promettent les démagogues pour les européennes, nous savons que nous les travailleuses et les travailleurs, nous n’avons rien à attendre des urnes. Ce n’est que par les luttes collectives que nous pouvons résister aux attaques anti-ouvrières et arracher des améliorations.

Patrons et politiciens à leurs services mènent une odieuse campagne contre le soi-disant « coût du travail ». Gattaz, le président du MEDEF qui vit grassement avec des revenus de 125 millions d’euros estimés pour 2013, a même osé remettre en cause le SMIC ! Pourtant c’est notre travail qui est créateurs de richesses, et que ce qui coûte à la société, c’est le capital, les fortunes amassées sur notre dos, sans rien produire, par les bourgeois.

Alors qu’on crève du chômage, des bas salaires, et des licenciements, les grands bourgeois eux continuent de s’engraisser.

Les grands bourgeois qui nous parlent de crise pour nous imposer des politiques d’austérité, les actionnaires et patrons qui pleurnichent sur nos salaires qui seraient « trop élevés » continuent de se goinfrer sur notre dos avec arrogance. Christopher Viehbacher, patron de Sanofi, a empoché 8.648.326 € en 2013 (soit + 15,6% par rapport à 2012), Henri Castries, patron d’AXA Assurances, 5.323.146 € (+12,5%) ou Thierry Breton, patron d’Atos, 4.941.034 € soit une hausse confortable de +74,5% de ses revenus en un an ! A l’usine PSA de Poissy, la prime de participation tourne autour de 5 malheureux euros en moyenne pour les travailleurs… mais Carlos Tavares, le nouveau PDG successeur de Varin, s’est octroyé de confortables revenus, avec une part fixe et une variable, ce qui lui assure une rémunération minimum de 3 562 € qui pourra monter à 8 904 € … par jour (samedis, dimanches compris) !

Dans le monde, les 85 personnes les plus riches possèdent autant que les 3,5 milliards les plus pauvres. Bref, une petite poignée de très grands bourgeois, même pas le nombre d’habitants d’un petit village, possèdent autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité. Voilà l’image de la société capitaliste, de ce monde qui marche sur la tête, de ce monde où la production de richesses ne cesse d’augmenter, où le génie humain permet dans bien des domaines de formidables avancées scientifiques, culturelles et technologique, mais où nous, la majorité de l’humanité, nous qui n’avons que notre force de travail pour vivre, avons chaque mois plus de mal à joindre les deux bouts.

Prolétaires de tous les pays, unissons-nous !

Des démagogues racistes tentent de nous diviser, des discours opposent l’ouvrier au SMIC au chômeur au RSA, le travailleur de la fonction publique à celui du privé, ils cherchent à nous pousser à nous battre entre voisins et collègues pour quelques miettes tandis que quelques bourgeois possèdent, eux, non seulement le pain tout entier, mais aussi la boulangerie, le blé et le moulin… que nous faisons tourner. Et c’est bien parce que nous, les travailleurs salariés, assurons toute la production et assurons tous les services, que nous constituons une force considérable. Une force capable, non seulement de résister aux sales coups du patronat et des gouvernements à son service, mais de renverser la bourgeoisie et de l’exproprier.

Vive le Communisme !

Télécharger le tract en PDF : 1maiTr

Publicités

2 réponses à “1er Mai : Journée Internationale de lutte des travailleurs

  1. A reblogué ceci sur salimsellami's Bloget a ajouté:
    Surement qu’#ElBlanco ne va pas aimer mais pas du tout, n’est ce pas @JLMelenchon ?

    J'aime

  2. Pingback: Rendez-vous du 1er Mai de l’Initiative Communiste-Ouvrière | Solidarité Ouvrière

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s