Luttes ouvrières en Chine

Le China Labour Bulletin publie un petit bilan des luttes des travailleurs en Chine pour ce début d’année (depuis le nouvel an chinois fin février). En tout, China Labour a recensé 202 conflits dans des entreprises depuis cette date, soit 33% de plus que pour la même période en 2013. Pour le seul mois de mars, ce sont 119 luttes qui ont été recensé dans la carte des grèves en Chine. Si les conflits les plus médiatisées touchent des multinationales comme Wal-Mart ou IBM, des luttes se développent dans différents secteurs d’activité et différentes régions du pays.

C’est dans l’industrie que l’on compte le plus de luttes et de grèves. 35% de toutes les grèves et luttes collectives touchent le secteur de l’industrie. Un tiers des grève concerne le paiement d’arriérés de salaires et 25% d’entre elles des indemnités de licenciement pour fermeture ou déménagement d’usines. Pour 10% des grèves, les travailleurs réclament des hausses de salaires. Dans l’industrie, les grèves se concentrent sur la côte du Sud-Est, avec 55% des grèves dans la seule province de Guangdong.

54 grèves ont été recensées dans le secteurs des transports, en particulier chez les conducteurs de bus et de taxi. China Labour recense également, pour la même période, 15 grèves dans l’éducation et 13 grèves du personnel hospitalier. Dans le transport, les grèves ont touché différentes régions de Chine, comme Xinjiang, Heilongjiang et Hainan. La lutte chez Wal-Mart a elle montré que les employés du commerce défendent aussi leurs intérêts de classe.

Par contre, les statistiques montrent également un renforcement de la répression. La police est ainsi intervenue lors de 45% des récentes luttes, alors qu’elle n’était intervenue que dans 11% des luttes pour la même période en 2013. Le nombre de travailleurs arrêtés pour leur participation aux luttes est aussi en augmentation, et plusieurs procès en pénal ont été menés contre des militants ouvriers, comme à l’encontre de 12 agents de sécurité d’un hôpital de Guangzhou inculpés en février pour offense publique après avoir mené une longue lutte contre la direction. Wu Guijun a été jugé une première fois à Shenzhen le 4 avril 2014 après plus de 300 jours de détention suite à une grève contre un plan de licenciement.

Une réponse à “Luttes ouvrières en Chine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s