Les corps communs de l’éducation nationale menacent de débrayer

Le Temps d’Algérie, 14 avril 2014 :

Les corps communs du secteur de l’éducation nationale sont en colère et comptent observer une grève nationale pour dénoncer un harcèlement sexuel dont a été victime une employée au collège Bendifallah de Cherchell (wilaya de Tipasa).

La date de ce débrayage n’est pas encore décidée par le conseil national qui se réunira sous peu, a indiqué dans un communiqué rendu public hier le Syndicat national des corps communs et des ouvriers professionnels (Snccopen).

Ce dernier, qui parle d’un pourrissement de l’administration, précise que «l’auteur de ce harcèlement n’est autre que le directeur du CEM qui a convoqué la victime dans son bureau pour lui faire des avances».

«Cette femme de ménage n’a dû son salut qu’à l’intervention de deux employés du collège qui avaient remarqué le manège», ajoute le communiqué qui souligne que «la victime a réussi a s’enfuir du bureau du directeur».

Le syndicat qui dit ne pas se taire devant ces agissements et pratiques portant atteinte aux femmes du secteur de l’éducation nationale fait savoir que la direction de l’éducation de la wilaya a procédé, après l’audition du mis en cause, à sa suspension temporaire.

«Le responsable est suspendu de ses fonctions suite à l’audition de la victime et des deux témoins», a assuré le syndicat qui est intervenu par le biais de son bureau de wilaya pour exiger une ferme condamnation à l’encontre de l’auteur et demande une enquête sur ce grave incident pour faire toute la lumière et situer les responsabilités de chacun.

Par ailleurs, le bureau national du Snccopen a sollicité l’intervention du ministère de tutelle pour mettre un terme à ces agissements portant atteinte à la dignité des travailleuses et des travailleurs.

Le même syndicat n’a pas manqué d’évoquer également les agissements répressifs émanant des responsables au niveau de certaines directions de l’éducation, à l’instar de celle d’Oran.

«De tels comportements nous poussent à sortir dans la rue», menace le syndicat qui revient sur les multiples correspondances adressées à la tutelle et qui sont restées lettre morte.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s