Cimenterie Lafarge d’Oggaz : La solidarité s’organise

Liberté Algérie, 14 avril 2014 :

Au 32e jour de grève de la faim des 17 salariés de la cimenterie Lafarge d’Oggaz, aucune des tentatives de négociations pour la réintégration des grévistes n’ont abouti, en dépit de l’intervention du wali de Mascara et de l’inspection du travail qui se seraient heurtés à l’intransigeance de la direction.

Lafarge, qui campe sur ses positions depuis plus d’un mois. Mais depuis quelques jours, alors que le mouvement de la grève de faim se poursuit avec la dégradation de l’état de santé de plusieurs des grévistes, le conflit se déplace sur un autre plan, celui de la politique et à l’international.

Alors qu’en Algérie, les pouvoirs publics, confrontés à une campagne électorale peu ordinaire, n’ont rien entrepris dans cette affaire, c’est un comité national de soutien aux grévistes de la faim d’Oggaz qui vient d’être créé et appelle à un rassemblement, jeudi à Alger, devant le siège de la direction générale de Lafarge Algérie. Ce comité, né de l’initiative de syndicats autonomes, syndicat d’étudiants et de la LADDH ainsi que des militants citoyens, vient de recevoir des appuis émanant de l’étranger, France et Espagne notamment.


Ainsi, l’union syndicale Solidaires, basée à Paris, vient, dans un communiqué, apporter son soutien aux 17 grévistes de la faim de la cimenterie du groupe industriel français Lafarge, dans lequel elle dénonce le fait que “les 17 grévistes de la faim sont victimes de l’acharnement de l’entreprise Lafarge et de la bureaucratie syndicale (UGTA NDLR) aux ordres du pouvoir”, et “condamne sans réserve les répressions antisyndicales dont ils sont victimes tant de la part de la transnationale Lafarge que de l’organisation qui n’a plus de syndicale que le nom”.

Autre soutien en provenance de l’étranger, cette fois de la Fédération internationale du bâtiment et du bois qui, à son tour, manifeste sa solidarité aux travailleurs algériens face au groupe Lafarge.

En Espagne, un mouvement de solidarité est en train de naître émanant de citoyens, d’associations ayant eu affaire à Lafarge-Espagne, au point où plusieurs articles de presse d’un journal en ligne de Catalogne ont évoqué le conflit et la grève de la faim à la cimenterie Lafarge.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s