Archives quotidiennes : 14/04/2014

Grève chez Charles River Laboratories contre un plan de licenciements

Le Progrès, 14 avril 2014 :

Rhône : Avec un chiffre d’affaires de 89,8 millions d’euros en 2012, Charles River Laboratories, implantée en partie à Saint-Germain-Nuelles, se classait en tête, mardi dernier, de notre palmarès des entreprises beaujolaises dans la catégorie «recherche». Le même jour, la direction annonçait, lors d’une réunion extraordinaire du comité d’établissement, un plan de licenciements pour motifs économiques.

Selon nos informations, huit postes sur 25 seraient supprimer dans le service «diagnostic sanitaire en recherche animale» dans le cadre d’une large restructuration avec la maison mère basée à Wilmington (USA) qui possède déjà un laboratoire identique.

Lire la suite

Publicités

Les corps communs de l’éducation nationale menacent de débrayer

Le Temps d’Algérie, 14 avril 2014 :

Les corps communs du secteur de l’éducation nationale sont en colère et comptent observer une grève nationale pour dénoncer un harcèlement sexuel dont a été victime une employée au collège Bendifallah de Cherchell (wilaya de Tipasa).

La date de ce débrayage n’est pas encore décidée par le conseil national qui se réunira sous peu, a indiqué dans un communiqué rendu public hier le Syndicat national des corps communs et des ouvriers professionnels (Snccopen).

Lire la suite

Tourcoing : les Melitta dénoncent un sort «inhumain»

Nord Eclair, 14 avril 2014 :

Ce lundi, syndicats et salariés de Melitta Tourcoing se réunissaient en assemblée générale, suite à la réunion de négociation de vendredi dernier, destinée à préparer la cessation d’activité de l’entreprise.

L’assemblée générale devait servir à tâter la température auprès de l’ensemble des salariés. Les 35 personnes dont l’emploi, à l’usine Melitta rue du Général-Drouot à Tourcoing, n’est plus qu’une question de semaines. L’usine devrait fermer ses portes, les dirigeants cherchent un repreneur, mais ont néanmoins entamé les réunions de négociation concernant les dédommagements des salariés. La deuxième, celle de vendredi, n’a pas satisfait les syndicats. Ils ont fait part ce lundi matin à l’ensemble des salariés, de la position de la direction. Les syndicats demandaient une prime de 60 000 euros par salarié, la direction propose entre 6 500 et 23 000 euros selon l’ancienneté.

Lire la suite

Lyon : Les ouvriers d’Eiffage réclament de meilleurs salaires

Le Progrès, 14 avril 2014 :

Quarante salariés d’Eiffage Construction Rhône-Alpes manifestent de nouveau ce lundi devant le siège du groupe de BTP, situé dans le quartier lyonnais de la Confluence.

Moins nombreux que vendredi, ces grévistes continuent de mettre la pression alors que se déroulent des négociations avec la direction. Principale revendication : les salaires.

Lire la suite

Tataouine : Grève dans tous les établissements de santé

Express FM, 14 avril 2014 :

Les infirmiers, techniciens supérieurs et cadre paramédical à Tataouine ont observé, lundi, une grève pour protester contre la non satisfaction par les autorités régionales et locales de leurs revendications, inscrites dans la motion du 26 février 2014 et la non exécution des procés verbaux de l’accord signé, entre la Fédération générale de la santé et l’autorité de tutelle, selon le communiqué de grève publié par l’Union régionale du travail.

Les protestataires ont demandé notamment, le versement du reliquat de la prime spécifique dans les délais fixés, l’application de l’article 2 du code de la fonction publique à l’ensemble du secteur, outre la mise en oeuvre des accords conclus par l’autorité locale et centrale, dans les délais fixés et la tenue d’une réunion consacrée à l’examen des revendications.

Lire la suite

Niort. Hôpital : les psychologues expriment leur mal-être

UL CGT DU BRESSUIRAIS

Précarité, temps partiels, bas salaires : dans le cadre d’une grève nationale hier suivie à plus de 70 % à Niort, les psychologues hospitaliers ont vidé leur sac.

A la pause méridienne, les psychologues niortais ont fait publiquement connaître leur mécontentement dans le hall de l'hôpital. A la pause méridienne, les psychologues niortais ont fait publiquement connaître leur mécontentement dans le hall de l’hôpital.

Deux voire trois temps partiels pour remplacer un collègue qui part à la retraite, 66 % de contractuels sur l’hôpital de Niort qui ne profitent évidemment pas des avantages de la fonction publique, pas de stabilité d’emploi, pas d’avancements d’échelons et d’évolutions de carrières. Après les sages-femmes, les psychologues hospitaliers qui ne sont ni médecins ni paramédicaux, ont exprimé leur mal-être hier, dans le cadre d’un mouvement de grève national à l’appel d’une intersyndicale CGT, CFTC, Sud et SNP (Syndicat national des psychologues). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la liste de leurs revendications est longue.

Seulement une vingtaine de titulaires

Voir l’article original 212 mots de plus

Le cigarettier Seita devrait annoncer la fermeture de son usine nantaise

D’après le Figaro, le fabricant de cigarettes Seita, filiale du britannique Imperial Tobacco, devrait annoncer mardi, son projet de fermer l’usine de Nantes qui emploie 327 salariés, dans le cadre d’un plan de restructuration.

Seita devrait fermer son usine de cigarettes à Nantes, d'après Le Figaro.

Seita devrait fermer son usine de cigarettes à Nantes, d’après Le Figaro.

Les rumeurs planaient. Elles semblent aujourd’hui justifiées. D’après le Figaro, le fabricant de cigarettes Seita, filiale du britannique Imperial Tobacco, devrait annoncer mardi, son projet de fermer l’usine de Nantes, dans le cadre d’un plan de restructuration. Elle serait installée en Pologne.

La Seita a en effet convoqué un comité central d’entreprise extraordinaire. Selon les informations du quotidien, la Seita « devrait annoncer son projet de fermer la plus importante des deux dernières usines de cigarettes en France. Située à Carquefou, dans la banlieue de Nantes, elle emploie 327 salariés et a produit l’an passé 12,2 milliards de cigarettes blondes : principalement des Gauloises et des Gitanes. »

Inquiétude des syndicats Lire la suite