En Franconie comme ailleurs, pas de néo-nazis !

Samedi 12 avril, les néo-nazis du « Freien Netzes Süd » (« Réseau Libre Sud ») ont tenté de défiler en Moyenne et en Haute-Franconie (nord de la Bavière) pour crier leur haine des travailleurs immigrés et les réfugiés. A chaque fois, la population s’est mobilisée pour ne pas laisser la rue à l’extrême-droite. A Münchberg ce sont environ 400 antifascistes qui se sont mobilisés alors que les néo-nazis n’étaient qu’une vingtaine (voir l’article).

Helmbrechts1

Helmbrechts

Partout où les néo-nazis ont voulu marcher ce samedi, ils ont reçu le même accueil de la part de la population. A Helmbrechts, 28 néo-nazis ont été accueillis par une contre-manifestation de 300 personnes. A coups de tambours et de sifflets, la population a recouvert les slogans haineux des racistes.

Hersbruck

Hersbruck

Même scénario à Hersbruck, en Moyenne-Franconie, où vers 11 heures une trentaine de néo-nazis se sont regroupés devant la gare. Ce n’est que grâce à une forte escorte policière que les néo-nazis ont pu marcher dans les rues de la ville. Là aussi, plusieurs centaines de personnes ont refusé de laisser les rues à l’extrême-droite, et à coups de sifflets, trompettes, casseroles, etc. la population a recouvert les slogans des néo-fascistes, et ce pendant toute la durée de la marche des nostalgique de la dictature nazie. Dans cette petite ville de 12.000 habitants, la marche des néo-nazis était, peut-être encore plus qu’ailleurs, vécu comme une provocation, puisqu’on y trouvait le principal camp annexe du camp de concentration de Flossenburg, où, de mai 1944 à avril 1945, plus de 4.000 déportés ont été massacrés.

Quelques images de la manifestation contre l’extrême-droite à Hersbruck :

Hersbruck2

Hersbruck4

Hersbruk5

Vidéo :

A Bayreuth enfin, en début d’après-midi, ce sont environ 400 personnes qui se sont mobilisées contre les néo-nazis. Les néo-nazis, eux, étaient une quarantaine, et comme dans les autres villes de Franconie, les antifascistes ont par un concert de sifflets montré que les néo-nazis ne sont pas les bienvenus et rendu les discours et slogans racistes inaudibles. Il a fallu déployer une centaine de policiers pour permettre à la quarantaine de néo-nazis de tenir leur rassemblement. Sans cette présence policière, il y a fort à parier, que la population aurait purement et simplement obligé les fachos de quitter la ville.

Images de la manifestation contre les néo-nazis à Bayreuth :

BayrA1

BayrA2

BayrA4

BayrA5

BayrA6

BayrA3

Quoiqu’il en soit, si l’extrême-droite avait voulu faire de ce samedi 12 avril une journée de propagande pour ses thèses racistes contre les travailleurs immigrés et les réfugiés, cette journée a surtout montré une fois de plus que la population de Franconie, comme ailleurs en Allemagne, refuse le racisme et les nostalgiques du régime hitlérien.

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s