Archives quotidiennes : 11/04/2014

Un ouvrier de PSA face à la bourgeoise de Saint-Cloud

Hier, une fois encore, France Télévision a permis à la millionnaire raciste Le Pen de déverser sa haine et sa démagogie. Jean-Pierre Mercier, délégué syndical CGT à l’usine PSA Aulnay rappelle quelques vérité à cette grande bourgeoise :

Les salariés de Sequana retiennent la direction sur le site isérois

La Voix du Nord, 11 avril 2014 :

Les salariés du papetier Arjowiggins (groupe Sequana), menacés de perdre leur emploi, retiennent depuis jeudi une partie de leur direction sur le site de Charavines (Isère), a-t-on appris vendredi de source syndicale. Le groupe a aussi annoncé ce jeudi la cession ou la fermeture « en absence d’un repreneur » de l’usine de Wizernes (Pas-de-Calais), qui compte 307 employés.

« On a invité à dormir nos principaux dirigeants hier soir (jeudi, ndlr). On les retiendra tant qu’on n’aura pas de garantie de leur part sur le report du PSE » (plan de sauvegarde de l’emploi), a déclaré Julien Ricardi, délégué syndical CGT, confirmant une information de France Bleu Isère.

Lire la suite

Vidéos : Grève générale en Argentine

Quelques vidéos de la journée de grève générale du 10 avril en Argentine, grève qui a mobilisé des travailleurs de tous les secteurs d’activité contre la hausse des prix.

Piquets de grève de groupes ouvriers et d’extrême-gauche qui militent pour radicaliser la grève face à la bureaucratie syndicale :

Lire la suite

Grève générale en Argentine contre l’inflation

Reuters, 11 avril 2014 :

Une grève générale de 24 heures a débuté jeudi 10 avril en Argentine, à l’appel de la puissante centrale syndicale CGT, pour protester contre l’inflation élevée et d’autres difficultés économiques. Les salariés négocient actuellement pour obtenir des augmentations qui compensent une inflation de l’ordre de plus de 30 % par an.

La CGT représente notamment des catégories comme les routiers et les dockers. Les chauffeurs de bus et les autres employés des transports ont également rejoint le mouvement, ralentissant l’activité dans les grandes villes comme Buenos Aires, Mendoza et Cordoba. L’activité dans le principal port céréalier du pays, Rosario, est également ralentie par le mouvement, mais aussi, depuis le 5 avril, par un conflit entre les syndicats représentant les dockers.

Auchan Petite-Forêt : une grève suivie par plus de 200 salariés

La Voix du Nord, 11 avril 2014 :

Ça coinçait, ça bouchonnait, ça roulait au ralenti, ce vendredi matin, aux abords de la zone commerciale Auchan Petite-Forêt. Comme ils l’avaient annoncé, des centaines de salariés se sont mis en grève, filtrant les accès à la zone, ce qui a nécessité l’intervention des policiers en début de matinée. Cela n’a pas suffi : vers 13h15, une gréviste s’est fait percuter par une voiture conduite par une cliente qui, manifestement, s’impatientait… Tout s’est terminé sur le coup de 15 heures, lorsque les syndicats et les salariés ont décidé de lever la grève.

La grève, débutée à minuit, a été levée à 15 heures. Les syndicats regrettent de n’avoir pu rencontrer la direction, restée inflexible sur les licenciements, mais se sont félicités de l’ampleur du mouvement. Selon eux, le mouvement a été suivi par 250 à 300 salariés. Concernant les deux agents de sécurité licenciés, c’est visiblement désormais aux Prud’hommes que leur sort pourrait se régler. FO annonçait néanmoins, ce vendredi, qu’une autre journée d’action est prévue dans les jours à venir.

Lire la suite

Congrier : Débrayage à l’entreprise Dirickx

Ouest France, 11 avril 2014 :

44 salariés ont débrayé ce midi contre certaines conditions de travail. Il est question d’un nouveau débrayage à 15 h.

44 salariés de l’unité de production de l’entrprise Dirickx, basée à Congrier (Sud-Mayenne), ont tenu un piquet de grève devant les grilles de l’entreprise, ce midi.

Lire la suite

Licenciés, ils doivent rembourser leur entreprise !

Marianne, 11 avril 2014 :

L’équipementier automobile Trèves réclame à 85 ex-employés de son usine d’Aÿ, dans la Marne, le remboursement d’arriérés de salaires. L’entreprise avait fermé ses portes et licencié 150 personnes en 2010, à peine quelques mois après avoir touché une aide de 55 millions d’euros du Fonds de modernisation des équipementiers automobiles.

Rembourser 3 200 euros d’arriérés de salaires à son ex-employeur quand on est chômeur en fin de droit à 490 euros par mois. Il n’a pas fallu longtemps à Christine Tuffin pour résoudre l’équation : « Je ne peux pas payer ». Comme 84 autres anciens salariés de l’usine PTPM d’Aÿ, la filiale champenoise de l’équipementier automobile Trèves, Christine Tuffin a été sommée de reverser la somme touchée en 2011 pour compenser des années de bas salaires (rappels de salaire assortis de dommages et intérêts). Le tribunal des prud’hommes et la Cour d’Appel de Reims avaient octroyé cette réparation aux ex-PTPM peu après la fermeture du site d’Aÿ, en 2010.

Lire la suite