France : 25 % des SDF travaillent

Le Télégramme, 9 avril 2014 :

Une étude de l’Insee a révélé, hier, qu’un quart des sans-domicile adultes francophones (24 %) travaillent, même si, le plus souvent, ils occupent des emplois « très précaires ».

Au total, près des deux tiers (63 %) des sans-domicile fixe sont considérés comme actifs, avec 39 % au chômage ou en recherche d’emploi, selon le recensement effectué auprès des utilisateurs francophones des services d’hébergement et de distribution de repas, en janvier et février 2012, par l’Insee et l’Ined. Parmi les SDF en emploi, des disparités existent entre Français et étrangers, ces derniers occupant « un peu plus souvent un emploi régulier ou un « petit boulot » (27 %) que les Français (22 %) ». Seules 39 % de ces personnes en emploi ont un CDI, 24 % bénéficiant d’un CDD, 15 % d’un travail temporaire et 22 % travaillant sans aucun contrat.

« Des emplois peu qualifiés »

Dans tous les cas, ces travailleurs occupent « presque exclusivement des emplois peu qualifiés », souligne l’Insee. Plus de neuf sur dix sont employés ou ouvriers. Ils sont même 31 % d’ouvriers non qualifiés contre 7 % dans l’ensemble de la population. Ils sont employés surtout dans le bâtiment, l’hôtellerie ou la restauration en ce qui concerne les hommes. Près de la moitié des femmes sont, elles, employées dans les services aux particuliers, 15 % étant dans l’hôtellerie-restauration. Parmi les 37 % d’inactifs, figurent, selon l’Insee, des personnes élevant des enfants, des retraités, invalides, demandeurs d’asile ou sans-papiers non autorisés à travailler… L’enquête note également que « le taux d’emploi des personnes sans domicile est d’autant plus élevé que leurs conditions d’hébergement sont stables ». Le RSA (revenu de solidarité active) est le principal revenu déclaré des SDF (perçu par 30 % d’entre eux) devant les revenus du travail (25 %) les allocations chômage (8 %), l’allocation adulte handicapé (7 %) et autres prestations sociales.

Publicités

5 réponses à “France : 25 % des SDF travaillent

  1. A reblogué ceci sur Journal de bord d'un "t'es rien".

    J'aime

  2. Effectivement, des personnes dorment dans leur voiture sous des tentes ou dans un square avant de travailler durant des semaines contre un salaire de misère. Ce que vivent ces gens-là est hors du commun, ils ont ce courage de trouver une raison de vivre. Vivre de cette façon est une véritable prouesse au quotidien pour trouver une raison valable de vivre cette saison en enfer. Travailleurs ou non, dans nos belles démocraties, vivre à la rue est intolérable !

    Je suis en quête de partenaires et associations pour officialiser cette action et mener celle-ci à son but, un peu de communication et de partage. Un livre à lire gratuitement et un livre à offrir dans l’idée d’ériger le premier village de la Dèche à Paris et Bruxelles afin de sensibiliser la population et la politique. ça se passe ici : http://peupledeladeche.wordpress.com/2014/04/05/attentat-litteraire-contre-la-precarite-humaine-dans-les-rues-de-nos-villes-et-villages-belgique-france/

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s