Archives quotidiennes : 26/03/2014

Forte mobilisation en Bavière pour les salaires

Les travailleuses et travailleurs de la fonction publique continuent leur lutte à travers l’Allemagne pour une hausse de salaires de 3,5% et de 100 euros. Hier, en plus de grèves en Rhénanie-Palatinat, ce sont 20.000 travailleurs qui ont manifesté à Hanovre.

Manifestation à Nuremberg ce 26 mars

Aujourd’hui, ce sont les travailleuses et les travailleurs de Bavière qui se mobilisent. Ce matin, à partir de 8 heures et jusqu’à 11 heures, ce sont 8.000 travailleurs en grève qui ont manifesté dans les rues de Nuremberg. Selon le syndicat Verdi, 600 éducatrices de crèches, 1.500 travailleurs de l’énergie et 350 employés des cliniques municipales sont en grève pour la seule ville de Nuremberg. A la manifestation, en plus de travailleurs de Nuremberg et de Moyenne-Franconie, on comptait au moins 2500 salariés de Basse-Franconie et de Haute-Franconie.

Lire la suite

Les travailleurs de La Floridienne sont en grève

L’Avenir, 26 mars 2014 :

A Ath, les travailleurs de La Floridienne sont en grève, ils sont inquiets pour leur avenir.

En difficulté depuis plusieurs années, l’entreprise spécialisée dans les engrais chimiques est en réorganisation judiciaire. Ce matin, les travailleurs inquiets de leur sort ont débrayé indique la RTBF.

Lire la suite

Mobilisation des salariés de l’Adapei des Côtes-d’Armor

Ouest-France, 26 mars 2014 :

Deux cents salariés et usagers de l’Adapei, association s’occupant d’handicapés mentaux, ont manifesté pour de meilleures conditions de travail et d’accueil.

Venus de Loudéac, Lannion, Lamballe ou encore Saint-Brieuc, ils ont crié leur colère devant le siège de l’Adapei des Côtes-d’Armor, à Plérin, hier dès 17 h 30.

Lire la suite

Deuxième jour de grève des cheminots à Alger

El Watan, 26 mars 2014 :

Statu quo à la SNTF. La grève enclenchée lundi par le personnel d’accompagnement et de gare s’est poursuivie, hier, paralysant pour une deuxième journée consécutive le trafic ferroviaire dans toute la banlieue est et ouest d’Alger, ainsi que les dessertes vers d’autres régions du pays.

Et si des négociations ont eu lieu tout au long de la journée de lundi et se sont poursuivies hier, elles n’ont pas abouti à une réouverture des gares fermées et à une reprise normale de la circulation des trains. Le mouvement semble même s’être durci.

Lire la suite

Renault-Cléon : C’est de véritables augmentations de salaire dont nous avons besoin !

Tract de la CGT Renault-Cléon, 26 mars : « C’est de véritables
augmentations de salaire dont nous avons besoin, pas de primes aléatoires !

Renault-C

Télécharger le tract en PDF : 20140326_Tract_général

Egypte: le mouvement de grèves continue et change, peu à peu, l’ambiance politique du pays

Les grèves ont démarré début février 2014 dans les usines textiles de la compagnie publique des «tissages et filages» lorsque les ouvriers ont constaté que la hausse du salaire minimum à 1200 LE [152 CHF] promise pour fin janvier par le gouvernement ne concernait que les 4,1 millions de fonctionnaires d’État et non l’ensemble des 7 millions de salariés de la fonction publique, dont eux-mêmes.

Travailleur des transports en grève pour les salaires

Des grèves dans la fonction publique…

La grève de l’usine textile emblématique de Mahalla el Kubra démarrée le 10 février a entraîné à sa suite celles de 9 autres usines du groupe, puis de proche en proche à de nombreux autres secteurs de la fonction publique exclus de cette hausse du salaire minimum: les employés des postes; les salariés des magasins d’État (alimentation ou équipements ménagers); des offices notariaux; des travaux publics des ponts et routes; de l’administration agricole de l’irrigation, de l’eau et de l’assainissement, des semences, de la réforme agraire; de l’industrie d’État (pétrole, industrie ou la réparation navale, centrales électriques); des transports publics; de la voirie et éboueurs; de la banque et des assurances; de l’immobilier; des universités (employés ouvriers, techniciens ou administratifs); des musées; des infirmiers et ouvriers ou employés administratifs ou de surveillance des hôpitaux et des médecins, pharmaciens et dentistes des hôpitaux publics, qui, bien qu’exclus aussi de ces mesures de hausse du salaire minimum, réclamaient pour leur part non seulement son application mais sa hausse à 3000 LE. Enfin, les vétérinaires de campagne s’associaient au mouvement des médecins par une grève nationale le 23 mars suivie à 100% dans les gouvernorats de Marsa Matrouh, Fayoum, Nouvelle Vallée et 49% sur l’ensemble de l’Égypte malgré les appels du syndicat des vétérinaires du Caire et Gizeh à ne pas suivre le mouvement.

Lire la suite

Résumés des 54ème et 55ème journées de grève des postiers du 92

Résumé du 54ème jour de grève (lundi 24 mars)

Reprise à la PFC et répression policière… mais la grève tient !

Les grévistes sont intervenus ce matin à Gennevilliers, Courbevoie et Rueil pour informer les non-grévistes de là où en était le mouvement. A noter : un certain mécontentement couve chez les collecteurs de Gennevilliers, qui par ailleurs sont réceptifs à l’idée de faire grève au moins une journée en défense des représentants syndicaux qui risquent le licenciement.

ptt92-18

A la PFC

Vendredi, les échanges en AG à la PFC avaient conduit à l’appel à un « temps fort » de grève mardi. Cependant, des reprises perlées avaient eu lieu vendredi et samedi à la PFC ont sapé le moral du noyau de grévistes restant aujourd’hui, notamment de la brigade d’après-midi qui était la plus mobilisée. Le lien entre les brigades a été difficile à construire dans ce centre qui tourne en continu, et une partie des grévistes a cru à la possibilité de « négociations locales » sans les facteurs et sans les représentants départementaux. La direction a interprété cela comme un signe de fébrilité et du coup n’a rien lâché… La PFC a néanmoins prouvé qu’elle était capable de se mobiliser de manière majoritaire et qu’en alliance avec les facteurs il était possible de faire reculer la direction, notamment concernant le licenciement d’Adil, qui a été annulé grâce à la mobilisation. Quoi qu’il arrive, la grève a permis de regagner du terrain sur ce centre.

Lire la suite