Les forces de l’ordre évacuent le Carreau du Temple

C’est la fin de l’opération « Riposte Now contre Drawing Now », mais cela ne veut pas dire que les intermittents et précaires ont dit leur dernier mot. Après un week-end d’attentisme, lié au contexte délicat du premier tour des élections municipales, c’est donc finalement vers 22 h 30, dimanche 23 mars, après la fermeture des bureaux de vote à Paris, que les forces de l’ordre ont été autorisées à évacuer le Carreau du Temple.

Des forces de police encerclent le Carreau du Temple à Paris (3e), samedi 22 mars, occupé par des artistes et techniciens travaillant dans le milieu du spectacle. | ALAIN JOCARD/AFP

Des forces de police encerclent le Carreau du Temple à Paris (3e), samedi 22 mars, occupé par des artistes et techniciens travaillant dans le milieu du spectacle. | ALAIN JOCARD/AFP

Situé dans le 3e arrondissement de Paris, le bâtiment était occupé depuis vendredi 21 mars par des intermittents du spectacle et des personnes en situation de précarité, en signe de protestation contre l’accord sur l’assurance-chômage qui était en train d’être scellé entre les partenaires sociaux, au siège du Medef.

Lire le reportage Intermittents et précaires entendent rester sur le Carreau du Temple

La tension était montée d’un cran, samedi 22 mars : l’accrochage pour le Salon de dessins contemporains Drawing Now Paris était censé débuter dans la soirée – 7 semi-remorques étaient en route et 8  galeristes représentant 400 artistes étaient attendus pour le vernissage, mardi 25 mars.

« RIPOSTE NOW »

Intermittents du spectacle versus jeunes plasticiens fragiles ? « Riposte Now », ont répondu les occupants du Carreau du Temple, en écho au Salon artistique« Drawing Now ». Mais il ne s’agissait pas d’opposer les intérêts des uns à ceux des autres, bien au contraire. Les militants étaient prêts, ont-ils dit, à n’occuperqu’une partie de l’espace, pour laisser travailler les organisateurs du Salon. Toutefois, aucun accord ne semble avoir été trouvé avec la Mairie de Paris, laquelle a proposé des lieux alternatifs, tous refusés.

Dans un communiqué, la Ville de Paris souligne que des « désaccords » sont apparus entre les occupants « sur la suite de la mobilisation », et déplore « les comportements agressifs » de certains manifestants restés en soutien à l’extérieur du Carreau du Temple.

« QUI A DEMANDÉ CETTE ÉVACUATION ? »

« Une négociation aurait pu aboutir », permettant aux uns de « continuer la lutte »et aux autres de réussir « la tenue de leur exposition », déplore de son côté la CGT-spectacle, dans un communiqué, lundi 24 mars. « La police a violemment évacué les occupants, sans sommation, alors que la soirée électorale détournait les regards. Plusieurs personnes ont été blessées et un collègue a été arrêté. Il vient d’être libéré après une nuit de garde à vue. » Et de s’interroger : « Qui a demandé cette évacuation ? Quel est le rôle de la Mairie de Paris et celui de la mairie du 3e arrondissent, dans cette demande ? »

Deux actions ont eu lieu, par ailleurs, dimanche dans la soirée, devant les QG de campagne d’Anne Hidalgo (PS) et de Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP), candidates à la mairie de Paris. 

http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/03/24/les-forces-de-l-ordre-evacuent-le-carreau-du-temple_4388888_3246.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s