Décision du TGI de Paris du 11 mars : un acompte sur ce que PSA doit aux salariés licenciés

Communiqué de la CGT PSA Aulnay, 11 mars 2014 :

Suite à la demande du syndicat SIA et de la CGT intervenant à titre principal, le TGI a condamné PSA à appliquer à tous les salariés l’accord de fin de grève du 17 mai 2013 signé par la CFDT et la CGT.

En effet, c’est au terme d’une grève courageuse de centaines de salariés de PSA Aulnay pendant quatre mois durant, que la direction consentait à une prime supplémentaire de 19700 €.

Dès le lendemain de la signature du protocole, la CGT et la CFDT demandait son
application à tous, sans aucune distinction.

Après avoir versé cette prime à 450 salariés, la direction interrompait brusquement et sans aucune raison son versement.

Que le TGI aujourd’hui reconnaisse la demande de la CGT de la rupture d’égalité de traitement et ordonne le versement de cette prime à tous ceux qui en avait fait la demande à cette époque n’est que justice.

Mais pour la CGT, il ne s’agit clairement que d’un acompte sur ce que doit PSA aux salariés qu’elle a licencié.

D’ores et déjà, 300 salariés ont saisi le conseil des prud’hommes de Bobigny pour contester leur licenciement et réclamer des indemnités à la hauteur du préjudice qu’ils ont subis. D’autres s’y ajouteront dans les mois qui viennent.

Une prochaine série de licenciements vont intervenir le 1er avril pour 250 salariés.

Resterons dans l’usine 86 salariés handicapés, dont les licenciements interviendront courant 2014 et 2015 ; et 70 délégués pour lesquels la direction refuse toujours leurs mutations sur d’autres sites de PSA.

Pour la CGT, la fermeture de cette usine reste inadmissible et scandaleuse d’autant que le gouvernement a constamment soutenu PSA dans sa politique en versant des milliards d’argent public (7 milliards pour soutenir la banque PSA, 800 millions versés au capital de PSA, etc) et que les salariés se sont retrouvés seuls à défendre leur emplois et la casse de cette usine.

Aulnay, le 11mars 2014

Une réponse à “Décision du TGI de Paris du 11 mars : un acompte sur ce que PSA doit aux salariés licenciés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s