Mia Electric en liquidation judiciaire : 204 licenciements

12/03/2014, d’après sources locales.

Le fabricant de voitures électriques Mia Electric a été placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Niort ce mercredi. La Région Poitou-Charente détient 12% des parts de la société, mais elle n’a rien pu faire. …

photo-mia

Le tribunal de commerce de Niort a prononcé ce mercredi la liquidation judiciaire de Mia Electric, fabricant de voitures électriques qui emploie 204 salariés à Cerizay, dans les Deux-Sèvres. 

L’entreprise, qui emploie 204 salariés dans l’enceinte de l’ancien constructeur Heuliez, se trouvait en redressement judiciaire depuis le 12 février dernier et bénéficiait d’une période d’observation de six mois.

L’administrateur judiciaire avait dernièrement alerté le tribunal de la situation financière très tendue de cette entreprise qui peinait à décrocher des marchés de voitures électriques.

Le tribunal estime que la situation de l’entreprise « ne permet pas d’envisager la présentation d’un plan puisque toute poursuite de l’activité se traduirait par une augmentation du passif et que l’entreprise ne dispose pas de la trésorerie nécessaire pour faire face aux délais nécessaires« . L’administrateur judiciaire avait saisi le tribunal en urgence la semaine dernière après avoir constaté qu’une partie des salaires n’était pas payée.

La présidente de Mia Electric, Michèle Boos, avait ensuite procédé à un apport pour payer les salariés, ce que le tribunal avait estimé insuffisant au regard des dettes du groupe envers notamment ses fournisseurs. Elle avait également promis des garanties financières pour faire face aux dettes grâce à un apport du principal actionnaire, le consortium d’investisseurs Focus Asia basé en Allemagne.

« On trouve regrettable qu’on n’ait pas laissé Michèle Boos aller jusqu’à la présentation de son plan prévu pour le 26 mars. On a préféré mettre 200 personnes au chômage« , a réagit Alfredo Dias Couto, délégué CFDT (…).

L’UL CGT du Bressuirais, pourtant non présente dans l’entreprise, c’était mobilisée en février en soutien aux salariés sans salaires depuis décembre : 6 Février. La CGT soutient les salariés de MiaAction 6 Février : Mon Salaire pour vivre c’est Capital !!! A Mia comme AilleursCOMMUNIQUE de PRESSE De L’UL – CGT Du BRESSUIRAIS concernant L’ENTREPRISE MIA à CERIZAY

L’usine était à l’arrêt depuis plusieurs semaines car les fournisseurs refusaient de livrer des pièces. Mia Electric avait annoncé en octobre l’entrée à son capital d’une société d’investissement présidée par le Coréen Mark Rho dans le cadre de son premier contrat décroché en Asie. Le nouvel actionnaire s’était engagé à racheter 10% des actions Mia pour 5,3 millions d’euros.

Après cette opération, le principal actionnaire, Focus Asia, devait passer de 88% à 78% du capital et la région Poitou-Charentes conserver ses 12%. Cette augmentation de capital n’a pas été concrétisée.

Mia Electric est né de la reprise de l’activité de véhicules électriques du groupe Heuliez par l’investisseur allemand Edwin Kohl en 2010. Le groupe a été racheté par Focus Asia en 2013.

Sur place à Cerizay, les salariés ont commencé à faire leurs cartons. Le liquidateur judiciaire qui doit les recevoir demain jeudi leur a demandé de quitter les locaux de l’entreprise avant 16h ce mercredi.

Cerizay, 5.000 habitants, a déjà subi en octobre 2013 la liquidation du carrossier Heuliez, qui employait 280 salariés.

 

Publicités

Une réponse à “Mia Electric en liquidation judiciaire : 204 licenciements

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s