Réforme du chômage: la FGTB se mobilise pour dénoncer « un tsunami social »

FGTB, 10 mars 2014 :

Au mois de janvier prochain, ce sont 50 000 personnes qui perdront leur droit à des allocations d’insertion, selon la FGTB. Parmi elles, plus de 30 000 en Wallonie et 9000 à Bruxelles. C’est la conséquence de la réforme du chômage mise en route par le gouvernement Di Rupo. Gouvernement qui a décidé de limiter à 3 ans le bénéfice des allocations d’insertion. Et cette limite de 3 ans arrive à échéance le 1er janvier prochain pour 50 mille personnes.

La FGTB maintient ses chiffres, malgré les dénégations de la ministre de l’Emploi qui évoque un maximum de 27 000 personnes exclues. « C’est donc 50 000 exclusions auxquelles il faut s’attendre d’ici neuf mois », déclare Thierry Bodson (secrétaire général de la FGTB Wallone).

Et cela ne concerne pas uniquement des jeunes sortis des études et à la recherche d’un premier emploi. « La plupart des personnes qui vont être exclues en janvier 2015 sont des personnes qui ont travaillé, à temps partiel malheureusement pour elles, ou bien avec des intérims d’un ou deux jours par semaine, mais qui n’ont jamais eu la possibilité d’avoir le droit à l’allocation de chômage classique. »

« De plus, ajoute encore Thierry Bodson, les personnes qui vont être exclues – pour une petite moitié – sont soit chef de ménage ou isolées. Des personnes pour qui le chômage est la seule rentrée de ménage. Elles vont immanquablement aller frapper à la porte d’un CPAS. »

Des CPAS qui tirent eux-aussi la sonnette d’alarme. Le tout, dit la FGTB, pour un bénéfice plutôt maigre. « On se situe aux alentours de 100 – 120 millions d’euros d’économie. C’est dérisoire par rapport aux objectifs budgétaires recherchés par le gouvernement… »

En Flandre et à Bruxelles, la FGTB ne sera pas seule : les deux autres syndicats (CSC et syndicat libéral) se joindront aux manifestations.

Cette journée d’action contre l’austérité aura plusieurs conséquences, tant sur le fonctionnement de certaines institutions que sur votre mobilité quotidienne. Tant à Bruxelles, où aura lieu une grande manifestation à midi, qu’en Wallonie.

En Hainaut, les perturbations devraient être relativement limitées. La FGTB n’a pas donné de mot d’ordre de grève mais prévoit des actions, à Mons, La Louvière et Tournai notamment. Tournai où le syndicat annonce un millier de manifestants, qui se rendront en cortège de l’ONEM au CPAS et à l’Hôtel de ville. La circulation risque donc d’être un peu perturbée en centre-ville en matinée. Les services communaux aussi puisque certains agents de la Ville ont annoncé qu’ils participeraient à la manifestation. Actions également du côté La Louvière.

A Charleroi, principalement aux TEC, on note quelques difficultés. Selon le dispatching central (contacté vers 6h30), 85% des métros circulent. Par contre, la situation est beaucoup plus confuse sur le réseau des bus où un chauffeur sur cinq seulement a pris son service au dépôt Genson. Il y aurait beaucoup moins de grévistes au dépôt de Jumet.

A Namur, les manifestants se rassembleront devant le bureau de l’ONEm (à Jambes), à 10h30. Un rassemblement est également prévu à Tubize vers 14h00.

A Andenne, l’administration communale gardera portes closes tout au long de la journée. Une décision prose par la majorité MR/PS en solidarité avec la FGTB. Une fermeture qui étonne certains et qui offusque même l’opposition cdH. Cette dernière a introduit d’ailleurs un recours auprès du ministre Furlan pour non-respect de la neutralité du pouvoir communal. Ce lundi matin, le ministre wallon des Pouvoirs locaux déclare ne pas encore avoir statué sur ce recours.

Au niveau du TEC : dans le Brabant wallon, aucune perturbation n’est annoncée. Dans le namurois, seulement quelques services de bus dans la région de Florennes (6 services sans doute non-assurés sur environ 60, ainsi qu’à Ohey et Andenne où les voyages ne seront pas assurés).

En province de Liège, le réseau du TEC Liège-Verviers n’est pas trop perturbé. La situation s’est toutefois quelque peu dégradée au fil de la matinée au dépôt de Robermont. Plus ou moins 5% des services sont perturbés. Des retards sont à prévoir sur les lignes 28, 60 barré, 67 et 69 notamment, mais actuellement aucune suppression complète de ligne. Au dépôt de Jemeppe, la situation est qualifiée de normale.

Une manifestation est prévue à Verviers à 10 heures. Et à Liège, c’est à 9H30 que les militants se rassembleront place St Paul, une manifestation à laquelle participeront les travailleurs de la FN qui viennent tout juste d’arrêter le travail.

Toujours en raison de ces actions, la Cité administrative sera fermée ce lundi. Toutefois, les citoyens pourront s’adresser aux mairies de quartier d’Angleur, Grivegnée, Guillemins, Rocourt, Sclessin et Thier-à-Liège. Ces dernières seront ouvertes selon l’horaire habituel.

Une réponse à “Réforme du chômage: la FGTB se mobilise pour dénoncer « un tsunami social »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s