Résumé de la 37ème journée de grève des postiers du 92

Infos envoyées par un camarade :

Suite à leur visite au Siège du Colis, les grévistes ouvrent une brèche vers de véritables négociations

Les grévistes ne se sont absolument pas laissés abattre par l’intervention de la police hier lors de leur occupation du Siège du Courrier. Ils ont continué à enchaîner les actions encore aujourd’hui.

ptt

DJ Boulogne et Mister Mégaphone sont dans la place

La journée a commencé sur le terrain de la construction de l’extension de la grève : les grévistes sont intervenus sur le centre de Boulogne pour la 3ème fois. Ils ne s’attaquaient pas à partie facile : le numéro 2 du bureau avait en effet pris l’habitude d’empêcher les prises de parole en menaçant les agents de sanctions s’ils participaient à l’AG et en couvrant la voix des grévistes en parlant dans un micro. D’où son surnom de « DJ Boulogne ».

Aujourd’hui, les grévistes ont trouvé la parade tout simplement en utilisant eux-mêmes le micro pour faire l’AG. Quelle ne fut pas leur surprise quand ils virent le directeur d’établissement se saisir d’un Mégaphone et de tenter, sans succès, de parasiter la prise de parole. Tout ce qu’il a réussi à faire, c’est à se couvrir de ridicule. Les grévistes ont ensuite manifesté dans le bureau et ont discuté avec leurs collègue boulonnais travée par travée et ont pu constater qu’un nombre significatif de facteurs étaient prêts à faire grève le 13 mars lors de la journée de mobilisation intersyndicale nationale à La Poste.

Sièges : le grand chelem

Après avoir visité le Siège social du Groupe (Vaugirard), celui du Courrier (Brune) et celui de La Banque Postale, il restait encore au grévistes à visiter le Siège de Coliposte. Ce fut chose faite aujourd’hui : après une opération escargot en voiture avec drapeaux et klaxons, les grévistes sont parvenus jusqu’au bureau de M. Uribe, numéro 1 national du Colis, au Siège de Coliposte à Issy-les-Moulineaux. Ils lui ont expliqué que s’il n’intervenait pas auprès du Siège du Groupe pour qu’une réelle négociation ait lieu entre les grévistes et la direction du 92, ils resteraient sur place. Suite à cette action, ils ont obtenu un écrit certifiant que la négociation de cet après-midi se ferait sans préalable.

Négociations : une première brèche s’ouvre

La preuve que multiplier les actions et persister sur le chemin de l’extension porte des fruits : pour la première fois la direction a accepté de discuter du possible report des réorganisations au travers d’un calendrier. C’est une avancée significative dans la discussion. Les grévistes ont également été reçus à l’Inspection du Travail, et le rendez-vous donne de perspectives pour au moins une des collègues précaires de Rueil.

Demain, les grévistes comptent bien continuer à étendre la grève et a mener leur grève de la manière la plus percutante possible.

Publicités

2 réponses à “Résumé de la 37ème journée de grève des postiers du 92

  1. A Abbeville dans la Somme, les facteurs acceptent tout et travaillent gratuitement (ip non encartés distribués gratos ainsi que les élections). Nous ne sommes que 3 voire 4 à respecter nos horaires et notre fiche d’activités. Je suis dégoutée par ce manque de combativité des collègues.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s