Grève des dockers en Grèce

AFP, 26 février 2014 :

Des centaines de dockers ont manifesté mercredi à Athènes pour protester contre la privatisation du port du Pirée, prévue dans le cadre d’un plan de cession massif des terrains et entreprises publics en Grèce.

« Non à la privatisation des ports », était inscrit sur la principale banderole des manifestants dont la majorité étaient des dockers de l’Organisme du port du Pirée, le plus grand port du pays, proche d’Athènes, qui compte 1.100 employés.

« Le gouvernement est en train de tout brader (…) nous avons peur des licenciements », a indiqué à l’AFP Yorgos Kelaïdis, membre du syndicat de l’Olp, qui travaille depuis 26 ans dans cette entreprise publique. Malgré la grève, les bateaux ont desservi les îles sans perturbations.

La vente de 67% du port du Pirée, dont l’Etat possède actuellement 74%, s’inscrit dans le cadre du plan de cession au secteur privé d’une dizaine de ports dont celui de Thessalonique, deuxième ville de la Grèce, située dans le nord du pays.

Le Fonds hellénique chargé des privatisations (Hradf) a informé mercredi la commission économique du Parlement des détails de la cession du Pirée.

Le géant chinois du fret maritime Cosco, qui avait commencé à investir dans Le Pirée depuis 2008 et possède actuellement deux terminaux de marchandises, vise à l’expansion de ses investissements dans ce port.

Outre la cession des ports, le plan de privatisations adopté par la Grèce en échange des prêts reçus par la troïka des créanciers, l’UE, la BCE et le FMI, depuis le début de la crise en 2010, comprend également la principale raffinerie de pétrole du pays HELPE, des terrains et biens immobiliers, l’autoroute Egnatia (nord), des aéroports, la Poste et les chemins de fer.

La Grèce est sous la pression constante de la troïka pour faire avancer les privatisations qui ont pris d’importants retards et sont censés apporter au pays endetté 9,5 milliards d’euros d’ici à 2016. Pour 2014, la Grèce s’est fixée un objectif de privatisation de 3,5 milliards d’euros.

Fin janvier, le Parlement a donné son feu vert à la privatisation de l’opérateur du réseau électrique tandis qu’en décembre un luxueux complexe hôtelier situé en bordure de mer près d’Athènes avait été vendu à un fonds d’investissement du Moyen-Orient pour 400 millions d’euros.

L’avancement du programme des privatisations est parmi les sujets qui seront abordés au cours des entretiens des hauts représentants de la troïka avec le gouvernement grec, amorcés lundi en vue du déblocage de la prochaine tranche des prêts au pays.

Une réponse à “Grève des dockers en Grèce

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s